• dim. Nov 28th, 2021

Les natifs et résidents de la commune Mpanda appelés au soutien du projet de mise en place d’une caisse d’appui à l’éducation

ByAdministrateur

Juin 8, 2021

BUBANZA, 7 juin (ABP) – Le gouverneur de la province Bubanza (nord-ouest du Burundi), M. Cleophas Nizigiyimana, appelle les natifs et résidents de la commune Mpanda à soutenir le projet de mise en place de la caisse d’appui à l’éducation dans cette commune, apprend-on sur place.

Selon M. Jean Luc Karabagega, directeur communal de l’Education à Mpanda, l’idée de mise en place d’une caisse d’appui à l’éducation a été motivée par le fait que des contraintes au bon fonctionnement du secteur de l’éducation a fait que la commune Mpanda occupe la dernière place du taux de réussite au niveau provincial.

Ainsi, cette caisse aura pour rôle de décharger les parents qui paient, seuls, les enseignants bénévoles et aider le conseil communal de l’enseignement à la supervision du fonctionnement des écoles, l’achat des différents matériels, matériels didactiques, et autres, poursuit-il.

D’après M. Karabagega, il est déjà constaté que différentes catégories de la population de la commune Mpanda n’ont pas répondu favorablement à ce projet. Par exemple, les parents ont déjà versé, dans cette caisse 33.900.600 FBu alors qu’ils devraient donner 93.156.000 FBu. La commune a déjà contribué 6.000.000 FBu au lieu de 12.000.000 FBu qu’elle avait promis, tandis que les militaires et policiers ont déjà donné 70.000 FBu uniquement alors que la promesse était de 6.930.000 FBu. Les commerçants et le personnel du secteur de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage n’ont pas encore contribué, au moment où des coopératives et associations ont déjà contribué une somme de 60.000 FBu seulement au lieu de 3.600.000 FBu, précise-t-il.

Le gouverneur de la province Bubanza déplore ainsi le fait que les partenaires n’ont pas répondu massivement à ce projet d’appui à l’éducation alors que, estime-t-il, “contribuer au développement de sa commune est un honneur”. Il met en garde ceux qui s’arrogent le droit de saboter ce projet, précisant qu’ils courent des sanctions conformément à la loi.