• sam. Juin 25th, 2022

L’examen d’Etat, édition 2021, a bien commencé à Cibitoke et Kayanza

ByAdministrateur

Juil 8, 2021

CIBITOKE/KAYANZA, 7 juil (ABP) – L’examen d’Etat, édition 2021, donnant accès aux élèves finalistes de l’enseignement secondaire à l’enseignement supérieur a débuté mardi le 6 juillet dans toutes les provinces pour durer trois jours.

En province Cibitoke (nord-ouest du Burundi), cet examen a bien débuté dans trois centres de passation que compte la province scolaire, selon les présidents de ces centres.

Les épreuves du premier jour aux deux centres situés au Lycée de Cibitoke ont commencé avec un petit retard lié au déplacement des bancs pupitres et à l’installation, selon les numéros d’inscription, de 768 candidats au centre Cibitoke 1 et de 585 au centre Cibitoke 2. Il n’y a pas eu d’anomalies importantes signalées aux deux centres de passation, où 21 surveillants prévus étaient déjà présents dans différentes salles du 1er centre, tandis que 17 enseignants surveillent cet examen dans le 2ème centre de passation de Cibitoke.

Pour le troisième centre de passation de cet examen situé au Lycée Butara en commune Bukinanyana, l’effectif des candidats attendus était de 526 élèves finalistes de l’école secondaire, avec 13 enseignants enregistrés pour la surveillance dudit examen.

En province Kayanza (nord du Burundi), l’examen d’Etat a bien commencé mardi le 6 juillet, a constaté l’ABP sur place.

L’examen se passe dans cinq centres éparpillés dans les communes scolaires de Gatara, Butaganzwa et Kayanza. Il s’agit de deux centres fixés au lycée Kayanza, un centre au lycée Gatara, un autre au lycée Musema ainsi qu’un centre fixé au lycée technique de Maramvya.

Dans tous ces centres, les candidats attendus étaient au nombre de 3 039, et l’examen se passe sans entrave majeure. Cependant, la direction du lycée Gatara a déploré le manque d’eau potable qui risque d’impacter négativement sur le rendement scolaire des élèves qui sont en train d’y passer l’examen d’Etat.

Le directeur de ce lycée, Frère Déus Bigirimana, s’inquiète que les élèves pourront attraper des maladies des mains sales. De plus, il indique que les candidats à l’examen d’Etat ne sont pas nourris à temps et qu’ils perdent le temps de révision quand ils sont à la recherche de l’eau des sources aménagées.

Face à cette triste situation, le directeur du lycée Gatara demande à l’administration communale et à la Régie communale de l’eau de réalimenter en eau potable ce lieu public pour le bien et la santé des élèves.

Même son de cloche pour le directeur communal de l’Education à Gatara, M. Isidore Girukwishaka, qui se dit choqué par cette situation dans une école hébergeant près de 700 élèves.

L’ABP a fini par contacter le représentant de la Régie communale de l’eau à Gatara, M. Stany Niyongabo, qui a tranquillisé que le problème allait être résolu le même mardi.