• mar. Sep 27th, 2022

Le plaidoyer pour la scolarisation des enfants vulnérables ou marginalisés requiert une connaissance approfondie des techniques de lobbying et de plaidoyer

ByAdministrateur

Août 2, 2021

BUJUMBURA, 29 juil (ABP) – Le plaidoyer pour la scolarisation des enfants vulnérables ou marginalisés requiert une connaissance approfondie des techniques de lobbying et de plaidoyer. C’est dans ce cadre que les représentants des groupes marginalisés/vulnérables regroupés dans des associations suivent depuis le jeudi 29 juillet, à Bujumbura une formation sur ces techniques. Cette activité a été organisée par la Coalition éducation pour tous Bafashebige, a-t-on constaté sur place.

Durant les deux jours que va durer cette session de formation, ces participants qui proviennent de toutes les provinces du Burundi  apprendront entre autres la  planification stratégique du plaidoyer ;  l’établissement des relations et des partenariats,  la gestion des risques dans le plaidoyer ;  l’art de convaincre, l’identification des alliés,  des groupes cibles et des bénéficiaires ;  la formulation des messages de plaidoyer et la place de la négociation dans le processus de lobbying et plaidoyer. Le président de la coalition Bafashebige EPT Me Jean Samandari qui a ouvert les travaux de cette session de formation a rappelé aux participants que l’ambition de réaliser le droit à une éducation inclusive, équitable et de qualité est un long processus mais aussi un combat de tous les jours qui nécessite l’implication de tout un chacun. Il a mis un accent particulier sur la responsabilité sociale de   la population, celle des autorités locales et de tous les responsables des organes de prise de décision afin de faciliter l’accès à la planification, au dialogue et au suivi des politiques éducatives. Cette session de formation est une opportunité qui devra aussi déboucher sur l’acquisition des aptitudes devant permettre à ces acteurs engagés dans le domaine de l’éducation d’influencer les politiques éducatives, a fait remarquer M. Samandari. Certains de ces enfants se retrouvent donc dans la catégorie des enfants vulnérables et marginalisés qui sont constitués des enfants vivant avec handicap, les rapatriés, les albinos, les orphelins du Sida, les enfants de l’ethnie minoritaire Batwa comme le montre la base de données de la coalition Bafashebige en 2020.