• mer. Déc 1st, 2021

Persistance de la pénurie du carburant dans la ville de Bujumbura

ByAdministrateur

Nov 4, 2021

BUJUMBURA, 2 nov (ABP) – Plusieurs stations-service de la ville de Bujumbura manquent toujours du carburant, et plus particulièrement l’essence, a-t-on constaté mardi le 2 novembre 2021.

Ce mardi matin, jusqu’à 9h30, de longues files d’attente s’observaient devant le peu de stations-services qui servent ce produit. Il s’agit, entre autres, de deux stations-services situées dans le quartier Kigobe (commune Ntahangwa), à savoir Yakeime Oil et Mogas Kigobe.

Par contre, d’autres stations-service que l’ABP a visitées, à savoir   New Oil Company et Kobil situées dans le quartier INSS, Kobil située dans le quartier Mutanga Sud, Kobil et Interpétrol situées dans le quartier Kigobe, la station-service communément appelée Chez Kati-Kati située au centre-ville de Bujumbura et la station-service Interpetrol située au quartier Asiatique étaient fermées. Néanmoins, l’ABP a aussi constaté une file d’attente de véhicules devant la station-service chez Kati-Kati alors que cette dernière était fermée. L’un des conducteurs de véhicules qui se trouvait sur cette file d’attente a confié à l’ABP qu’il nourrissait l’espoir que d’un moment à l’autre, cette station-service pouvait être servie en carburant.

“Ce matin, quelqu’un m’a dit que cette station-service pourrait être servie aujourd’hui. J’ai pris l’option de venir ici pour maximiser les chances d’être servi”, a-t-il précisé.

Ce manque de carburant observé depuis la première quinzaine du mois d’octobre 2021 cause un énorme préjudice aux conducteurs de véhicules de transport en commun. « Cette pénurie de carburant qui ne fait que perdurer a un impact négatif sur les recettes dans le transport rémunéré car nous sommes obligés de passer au moins une journée de travail par semaine devant les stations-service pour pouvoir nous approvisionner en carburant. Nous perdons énormément. Nous demandons à l’autorité habilitée de prendre toutes les mesures nécessaires pour résoudre ce problème », a indiqué à l’ABP un des conducteurs de bus de transport, sous le couvert de l’anonymat.

Les quelques pompistes interrogés par l’ABP à ce sujet affirment que la pénurie d’essence est devenue un casse-tête, précisant qu’ils viennent de passer plus d’une semaine sans être servis.