• dim. Jan 23rd, 2022

Le RCBIF-Burundi vulgarise son projet dénommé “Imenye”

ByAdministrateur

Nov 19, 2021

KAYANZA, 18 nov (ABP) – Le Réseau des confessions religieuses pour la promotion de la santé sexuelle et le bien-être intégral de la famille (RCBIF-Burundi) a procédé mercredi le 17 novembre 2021 à la vulgarisation de son projet dénommé “Imenye” qui sera exécuté dans les communes Kayanza et Gatara de la province Kayanza (nord du Burundi) durant toute une année.

Selon Mgr Georges Bizimana, évêque du diocèse catholique de Ngozi, certaines organisations non gouvernementales se sont présentées comme étant des bienfaiteurs alors qu’elles visaient d’autres intérêts, surtout dans le domaine de la santé sexuelle et procréative des jeunes scolarisés et non scolarisés.

C’est pourquoi, a-t-il précisé, la croissance démographique a augmenté d’année en année, ce qui a occasionné l’exiguïté des terres arables et la recrudescence des litiges fonciers dans les tribunaux. De surcroît, les grossesses non désirées sont devenues de plus en plus nombreuses, surtout chez les jeunes scolarisés.

Pour cette autorité ecclésiastique, le projet “Imemye” mis en place par le réseau des confessions religieuses vient se pencher sur tous ces problèmes dans les communes Kayanza et Gatara qu’il couvrira.

Ce projet sera une occasion pour les jeunes, tant scolarisés que non scolarisés, de bénéficier des enseignements relatifs à la santé sexuelle et procréative qui leur permettront d’éviter de se lancer dans des actes aboutissant aux relations sexuelles avant la maturité sexuelle, a renchéri Mgr Bizimana.

Dans sa présentation en rapport avec l’état des lieux sur la Santé sexuelle et reproductive chez les adolescents, le directeur de la province sanitaire de Kayanza, Dr Célestin Congera, a parlé des défis qui minent ce secteur. Il a déploré le fait que tous les centres de santé ne soient pas amis des jeunes et que les jeunes ne fréquentent pas suffisamment ces centres de santé qui, quelquefois, font face au manque du matériel attractif pour les jeunes qui devraient les fréquenter.

Pour sa part, le directeur de la province scolaire de Kayanza, M. Désiré Hatungimana, a précisé que 92 jeunes filles ont été engrossées durant l’année scolaire 2020-2021. Pour lui, il faut que le secteur éducatif soit une préoccupation de tout un chacun afin de juguler toutes les causes des grossesses non désirées en milieux scolaires.

Ont pris part à cet atelier les représentants des confessions religieuses membres du RCBIF-Burundi, les responsables administratifs des communes Gatara et Kayanza, les chargés de la santé au niveau provincial ainsi que ceux de l’éducation.