• dim. Jan 23rd, 2022

Trois personnes blessées fusillées par un AT du commissaire communal de Muhanga

ByAdministrateur

Déc 22, 2021

KAYANZA, 21 déc (ABP) – Un agent de transmission (AT) du commissaire communal de la police à Muhanga    en province Kayanza (nord du Burundi) a blessé trois personnes lors d’une fusillade la nuit de lundi au centre de négoce de Muhanga.

L’administrateur à l’intérim, Léonidas Habimana, indique que l’origine de cette fusillade est une altercation survenue entre le commissaire communal de la police et un conducteur de moto de transport dont cette autorité policière essayait de dépouiller pour des raisons non élucidées, selon des sources sur place.

Selon des informations fournies par les habitants de Muhanga et confirmées par l’administrateur communal ad intérim, l’incident s’est produit aux environs de 19h45′. Il dit que le commissaire communal alors au bistrot au centre de négoce de Muhanga, en compagnie de son AT, a arrêté un conducteur de moto, originaire de la colline Nyamwera dans ladite commune et a ordonné que la moto soit conduite au poste de police.

Ne comprenant pas la raison de cette arrestation, le conducteur de moto a cherché à en savoir plus et une altercation s’en est vite suivie. Des gens qui étaient sur les lieux sont venus assister à la scène et le commissaire communal à Muhanga a ordonné à son AT de tirer pour disperser la foule. Celui-ci n’a pas tardé d’exécuter l’ordre de son chef blessant ainsi trois personnes dont deux de la commune Muhanga et un employé de la société Imena Soma Usubire opérant au chef-lieu de la province Kayanza.

Deux personnes grièvement blessées ont été vite évacuées vers l’hôpital autonome de Ngozi pour des soins médicaux. Sur fond de cet incident, l’administrateur Habimana déplore ce qui s’est passé mais se réjouit que la population n’ait pas fait vengeance. Il dit qu’il attend que la justice fasse son travail et appelle ses dirigés à continuer de collaborer avec les forces de l’ordre. M. Habimana se dit toutefois confiant que cela ne va pas porter entorse aux relations qui existent déjà entre la population et les forces de l’ordre.