• jeu. Mai 19th, 2022

Le taux des réalisations du premier semestre 2021-2022 au ministère en charge de l’agriculture est satisfaisante, selon M. Rurema

ByAdministrateur

Déc 28, 2021

BUJUMBURA, 24 déc (ABP) – Le ministère de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage, M. Déo Guide Rurema a procédé, jeudi le 23 décembre 2021, à la présentation des réalisations du premier semestre 2021-2022, où plus de 24 milliards de francs burundais ont été déjà utilisés, sur plus de 30 milliards du budget annuel alloué à ce ministère.

Durant cette présentation, le ministre en charge de l’agriculture a fait savoir qu’actuellement, la production est bonne presque à travers tout le pays, et cela suite à l’effort fourni par le gouvernement et ses partenaires tant publics que privés, dans la sensibilisation sur tous les niveaux.

Dans cette même perspective d’encourager la productivité agricole, M. Rurema a indiqué qu’il y a un centre financé par la Chine, qui est en train d’être mis en place et des recherches sont en train d’être menées afin d’obtenir des bonnes semences du riz et du maïs susceptibles de donner un bon rendement aux agriculteurs.

Il a ajouté que ces recherches se font également sur les plantes industrielles notamment le thé et le café.

Le ministre en charge de l’agriculture a également souligné que la disponibilité de l’engrais FOMI sur le territoire national, a fait que le gouvernement ne souffre pas des difficultés de l’importation d’engrais chimique de l’extérieur.

Il a en outre signalé que, des recherches s’effectuent dans le domaine de l’élevage, afin de permettre eux éleveurs burundais de réaliser un meilleur rendement, précisant que, durant le semestre écoulé, il y a eu des distributions du bétail et surtout des chèvres afin de permettre à la population, l’obtention du fumier pour leurs champs agricoles. M. Rurema a aussi signifié que des efforts considérables sont en train d’être concentrés beaucoup sur la pisciculture, afin que le Lac Tanganyika ne puisse pas être en lui seul, la seule source des poissons.

Durant cette présentation, le ministre en charge de l’agriculture a précisé qu’il se manifeste actuellement la pénurie sensible du sucre. Dans le but de réduire sensiblement cette problématique, l’aménagement des terrains de champs de sucreries est en cours avec comme objectif d’atteindre 4000 hectares qui pourraient facilement générer 35000 tonnes de sucre, ce qui pourrait, en quelque sorte réduire, la pénurie fréquente du sucre.

Selon toujours M. Rurema, durant les 6 mois écoulés, la récolte a été bonne grâce à la nouvelle méthode d’aménagement des marais, où la population est sensibilisée à exploiter ces derniers, au moins 3 fois l’année.

Selon le ministre en charge de l’agriculture, le traçage des courbes de niveau sur les terrains agricoles et la mise en place des haies antiérosives ont été effectués. A cet effet, au moins 4000 hectares des marais aménagés et 32000 hectares des terres agricoles sur lesquelles des courbes de niveaux ont été tracés. Dans ce même secteur, poursuit-il, la méthode d’irrigation a été sensiblement développée à tel point qu’actuellement, des motopompes qui facilitent cette irrigation sont en train d’être distribuées au sein de la population.

Rurema a en outre signalé que de nouvelles cultures industrielles sont en train d’être essayées, afin de les introduire au Burundi. Ici il a principalement mentionné, le millet, l’anacardier et le macadamia, soulignant que l’introduction de ces nouvelles plantes sera un atout considérable pour le pays, surtout que la vente de ces plantes contribuera à l’obtention des devises.

Des réalisations sont aussi satisfaisantes dans le domaine environnemental, a-t-il martelé.