• sam. Avr 13th, 2024

Le parti CODEBU vise la promotion de la culture démocratique pour trouver la solution aux problèmes qui hantent le Burundi

ByAdministrateur

Jan 25, 2022

BUJUMBURA, 24 jan (ABP) – Le président du part Conseil pour la démocratie et le développement durable du pays (CODEBU iragi rya ndadaye), M. Kefa Nibizi  a animé  samedi le 22 janvier 2022, une réunion à l’endroit des membres de ce parti.

Cette réunion, précise M. Nibizi, avait l’objectif d’analyser la situation politico-socio-économique du pays depuis le mois de juin 2020 jusqu’au mois de décembre 2021 et de faire l’auto- évaluation des activités de ce parti depuis l’année dernière.

Le président du  parti CODEBU, a indiqué lors de cette réunion, que le comité directeur national (CDN) de ce parti est satisfait de la tranquillité qui règne dans le pays  ainsi que la bonne cohabitation entre les parties politiques et l’administration, soulignant que malgré tout cela, ils s’observent quelques manquements au niveau de l’administration locale, a-t-il souligné.

Parmi ces manquements, M. Nibizi a signalé qu’il subsiste la peur pour   une partie de la population qui peine à militer librement dans des parties politiques de leur choix et demande au ministère en charge de la gestion des partis politiques et tous les concernés d’identifier les causes de cette peur pour que les citoyens soient libres au niveau de la politique.

En ce qui est de la bonne gouvernance, le président du parti CODEBU a indiqué que le CDN soutient l’engagement du chef de l’État de combattre les malversations économiques  et de redresser tous ceux qui ne travaillent pas  à la satisfaction  de la population. Il demande que la lutte contre la corruption et les malversations économiques soient effectuées par les organes de l’État qui ont été mis en place par la loi.

Il demande également au gouvernement du Burundi de privilégier la performance dans l’octroi des emplois techniques ou des postes techniques  qui sont données par nomination, soulignant que ces postes sont  occupés par  un seul parti politique, surtout au niveau des provinces et des communes.

Se basant sur l’adage du chef de l’État qui dit que : »Turikumwe twese birashoboka », M. Nibizi a précisé que  le CDN demande que tous les postes techniques soient donnés dans la transparence, il demande aussi d’éviter le monopole dans la nomination au niveau de ces postes.

Le président du parti « CODEBU iragi rya Ndadaye » n’a pas manqué de montrer leur préoccupation au niveau de l’économie du pays, qui est relative à la montée galopante des prix des denrées  de première nécessité et la pénurie de ces dernières, qui ne correspondent pas avec l’augmentation du pouvoir d’achat de la population burundaise.

De cette question, le CDN comité interpelle le gouvernement Burundais  d’encourager la politique d’augmentation de la production agro-pastorale et de bien organisé l’octroi d’un appui financier réservé aux coopératives, pour ne pas occasionner des pertes énormes et mettre en place le comité de suivi par rapport à ce financement.

Il n’a pas manqué également de parler de préoccupation de ce comité pour le chômage qui s’observe dans la société burundaise. Sur ce, il a recommandé aux élèves de suivre un enseignement technique ou artisanal de courte durée, qui leur permettra une auto-prise en charge après leur cursus scolaire.

En ce qui concerne la promotion de la culture démocratique, M. Nibizi a fait savoir que le comité directeur national du CODEBU considère que la majorité des problèmes qui hantent le pays sont dus à la mauvaise gouvernance causée par une culture démocratique encore déficitaire.

Pour trouver une solution à ces problèmes, il a indiqué que ce comité a décidé d’instaurer une école de la démocratie sous l’adage : « On vit tel qu’on est gouverné », précisant que dans cette école, il sera l’occasion d’expliquer à la population que leur vécu quotidien dans le domaine politico-socio-économique dépend largement de la forme  de gouvernance appliquée par les dirigeants du pays.

A la question de savoir pourquoi ce parti a changé l’appellation pour ne pas  être appelée FRODEBU, M. Nibizi a signifié que c’est pour éviter des confusions de la part de leurs militants qui se sont observés pendant les élections de 2020.