• ven. Mar 1st, 2024

Les natifs de la province interpelés à contribuer dans les projets de développement des communes

ByAdministrateur

Mar 16, 2022

BUJUMBURA, 14 mars (ABP) – La Solidarité pour la paix et le développement de la province Bujumbura (SOPADEBU) a réuni ses membres samedi dernier à Gasozo, en zone Mageyo, commune Mubimbi, en assemblée générale, une réunion qui a été rehaussée par la présence du président du sénat Emmanuel Sinzohagera, natif de cette province a constaté l’ABP sur place. Cette activité a débuté par l’octroi d’une assistance en vivres à 60 vulnérables de trois collines de la zone Mageyo à raison de 10 kg de haricots, 5 kg de riz, 1 kg de sucre, 1 kg de sel de cuisine et un savon de lessive.

Le président de la SOPADEBU M. Pascal Ngendakuriyo a présenté aux natifs présents les réalisations de cette association, mettant en exergue les défis qu’a connus la SOPADEBU.

En effet, a-t-il indiqué, malgré les multiples réalisations, le fait que les membres du comité exécutif aient d’autres fonctions de l’Etat n’a pas permis à ces derniers d’être disponibles de façon régulière pour cette association. Toutes les réunions prévues par la loi n’ont pas été tenues. Selon le président de l’association, on n’a pas pu organiser une élection pour compléter et redynamiser les organes de cette association alors que l’un membre du comité exécutif est décédé, le vice-président a quitté le pays, un autre membre du comité exécutif est malade et se fait soigner à l’étranger. Un autre défi est que les membres de l’association ne répondent pas aux travaux de développement ou viennent à compte-gouttes, a-t-il déploré.

                                                                                                    Vue partielle des membres de la SOPADEBU

S’agissant des perspectives d’avenir, M. Ngendakuriyo a dit qu’il sera organisé une élection de nouveaux membres du comité exécutif de la SOPADEBU au mois de mai. Il a ajouté que les travaux de développement de la province vont être renforcés. Après, on va poursuivre la mise en place des projets pour les femmes et les jeunes, signalant que les jeunes qui terminent les universités seront renforcés en entrepreneuriat. La solidarité entre les natifs sera également renforcée et une visite d’échange d’expérience dans les autres provinces sera organisée à l’intention des administratifs de cette province.

Le gouverneur de Bujumbura M. Désiré Nsengiyumva a appelé les natifs de cette province à se connaître, à continuer à travers la SOPADEBU ou individuellement à contribuer dans les projets de développement en cours dans les communes et en province notamment dans la construction du stade moderne et des hôtels qui sont en train d’être érigés à la colline Karunga en commune Isare.

Le président du sénat Emmanuel Sinzohagera a appelé à la restructuration de la SOPADEBU qui, vieille de 12 ans semble se rechercher même aujourd’hui. Il a fustigé le fait que cette association soit une organisation des seuls évolués, alors que le développement de la province incombe à tout le monde, expliquant que c’est la raison pour laquelle lorsqu’on organise des rencontres, viennent peu de gens alors que la province Bujumbura regorge beaucoup d’intellectuels.

Il a proposé que la SOPADEBU soit restructurée, qu’elle soit dotée d’un nouveau comité exécutif, des bases solides par la mise en place des sous-comités au niveau des collines où le citoyen lambda ait une place dans le développement et que ce développement parte de la base vers le haut.

Il a demandé au gouverneur d’organiser une réunion pour les natifs en vue de la sensibilisation pour cette fin.

Le président du sénat a regretté qu’il y ait aujourd’hui dans cette province des élèves qui s’assoient par terre et qui n’ont pas de manuels scolaires signalant que le secteur de l’éducation a été oublié alors qu’il constitue la base du développement.

Il a saisi cette opportunité pour demander à chaque natif présent de prendre un bout de papier et de s’engager en précisant le montant qu’il va donner dans un délai ne dépassant pas un mois afin d’acheter les bancs pupitres et les livres pour ces élèves.