• mar. Fév 27th, 2024

Signature de l’accord de financement du programme de développement de l’entrepreneuriat rural entre le gouvernement du Burundi et le FIDA

ByAdministrateur

Avr 28, 2022

BUJUMBURA, 27 avr (ABP) – Le ministre des Finances, du Budget et de la Planification économique, Dr Domitien Ndihokubwayo et la directrice régionale du Fonds international de développement agricole (FIDA) chargé de la division Afrique de l’Est et Australe, Mme Sara Mbago Bhunu, ont signé et échangé mercredi le 27 avril 2022, à Bujumbura, l’accord de financement de plus de 53 millions de dollars américains dont un prêt concessionnaire de 10,7 millions de dollars pour le nouveau programme de développement de l’entrepreneuriat rural (PRODER), a constaté l’ABP sur place.

Le ministre en charge de la Planification économique a fait savoir que le projet visé par le présent financement a pour but de contribuer à la réduction de la pauvreté, à l’amélioration de la nutrition et de la sécurité alimentaire des communautés rurales.

Le ministre Ndihokubwayo a ajouté que l’objectif de développement poursuivi consiste à promouvoir de manière équitable et inclusive l’entrepreneuriat des jeunes ainsi qu’un environnement propice au développement des entreprises agropastorales et au renforcement de la résilience des populations rurales les plus vulnérables.

En effet, à travers l’axe d’intervention No1 de son plan de développement national (2018-2027), le Burundi accentue ses efforts dans le développement de l’agriculture, de l’élevage et de la sécurité alimentaire. C’est ainsi que le secteur agricole est désormais la principale priorité du président de la République du Burundi, M. Evariste Ndayishimiye, et tient à cœur le gouvernement dans son ensemble à travers le slogan stipulant que chaque bouche ait de quoi manger et chaque poche ait de l’argent, a souligné le ministre ayant les finances dans ses attributions.

Malgré les différentes interventions du FIDA, les défis ne manquent pas au regard des besoins des secteurs de l’agriculture, de la sécurité alimentaire et de l’entrepreneuriat des jeunes, a fait remarquer le ministre Ndihokubwayo. Il a, à cet effet, interpellé les différents intervenants dans ces secteurs à mobiliser plus de ressources pour appuyer les efforts du gouvernement à soutenir pleinement la résilience des chaînes de valeur et les approches de réduction de la pauvreté.

Il a, par ailleurs, signalé que, en plus des provinces Bubanza, Cibitoke, Muramvya, Rutana, Ruyigi, Karusi, Kayanza, Gitega et Muyinga où le FIDA intervient déjà notamment à travers le PIPARV-B et le PAIFAR-B, le PRODER interviendra également dans deux autres provinces à savoir Makamba et Bururi, afin de continuer la capitalisation sur l’approche programme du FIDA au Burundi, ce qui permettra de toucher au total 85.000 ménages.

Selon le ministre en charge des Finances, la visée du gouvernement est d’étendre les interventions aux provinces restantes. « Cela permettra d’améliorer les conditions de vie des Burundais, l’autosuffisance alimentaire, la situation nutritionnelle des enfants et l’employabilité des jeunes », a-t-il souligné avant de renouveler sa gratitude à l’endroit du FIDA qui est, depuis plus de quatre décennies, l’un des principaux partenaires au développement du Burundi.

La directrice régionale du FIDA a, quant à elle, fait savoir que ledit projet ne vise pas seulement les petits producteurs agricoles, mais il vise aussi les petites et moyennes entreprises sans oublier le renforcement de capacités des jeunes et des femmes.

Mme Sara Mbago a saisi l’occasion pour inviter les organismes des Nations unies, les privés œuvrant au Burundi, les fournisseurs de services et les bailleurs de fonds à travailler ensemble pour la mise en œuvre effective de ce programme.