• mar. Fév 27th, 2024

Le ministère en charge du commerce satisfait des réalisations du troisième trimestre de l’exercice 2021-2022

ByAdministrateur

Mai 9, 2022

BUJUMBURA, 5 mai (ABP) – Le ministre du Commerce, du Transport, de l’Industrie et du Tourisme, Mme Marie Chantal Nijimbere, a présenté mercredi le 4 mai 2022, à Bujumbura, le bilan des réalisations du troisième trimestre de l’exercice budgétaire 2021-2022, portant sur le renforcement de la bonne gouvernance, les secteurs du commerce, du transport, de l’industrie, de l’artisanat, du tourisme ainsi que le secteur de la normalisation et contrôle de la qualité, a constaté l’ABP sur place.

Le ministre Nijimbere s’est dit satisfait des résultats du travail de chacun de ses collaborateurs, avant de leur demander de doubler d’efforts pendant ce dernier trimestre pour qu’ils puissent accomplir toutes les tâches prévues pendant l’exercice 2021-2022.

Dans le cadre du renforcement de la bonne gouvernance, le ministre en charge du Commerce a cité pas mal d’activités qui ont été réalisées dont la participation dans une retraite organisée en date du 18 mars, à Gitega, par le chef de l’Etat, M. Evariste Ndayishimiye à l’intention des hauts cadres dudit ministère et la signature d’une lettre d’accord avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) dans le cadre du financement de l’élaboration d’une stratégie nationale du commerce électronique.

Concernant le secteur du commerce, le ministre Nijimbere a signalé avoir effectué 126 descentes sur certains marchés de la Mairie de Bujumbura (Kamenge, Kinama, Ngagara, Cotebu, Chez Sion, Ruvumera, Jabe, Musaga et Kanyosha) et dans les provinces Kayanza, Makamba et Gitega dans le cadre du suivi de l’évolution des prix et des stocks des produits stratégiques et de première nécessité.

Dans le même ordre d’idées, Mme Nijimbere a fait remarquer que le Burundi a participé à la réunion des hauts fonctionnaires du commerce sur le commerce des services à Mombasa au Kenya du 8 au 10 mars 2022 et à la 7ème et la 8ème réunion du comité sur le commerce des services de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) du 14 au 20 mars 2022 et du 11 au 14 avril 2022.

Parmi les activités réalisées dans le secteur du transport, figurent la signature à Dar-es-Salaam (Tanzanie) le 7 mars 2022 d’un mémorandum d’entente tripartite sur le projet du chemin de fer Uvinza-Musongati-Gitega-Bujumbura-Kindu et la signature, le 28 février 2022, entre le gouvernement du Burundi et celui de la Chine, d’un accord relatif à la réalisation du projet de réhabilitation, de modernisation, et d’extension de l’aéroport international Melchior Ndadaye.

Dans le secteur industriel, le ministre Nijimbere a signalé que la politique nationale d’industrialisation et sa stratégie de mise en œuvre ont été lancées en date 30 mars 2022 à Gitega, tandis que dans le secteur de l’artisanat, 4.895 artisans et unités artisanales ont été identifiés dans les provinces Kirundo, Karusi, Cibitoke, Bujumbura Mairie, Gitega et Kayanza. Dans le secteur du tourisme, des descentes ont été effectuées dans toutes les provinces du pays pour un travail d’identification de nouveaux sites touristiques, a-t-elle ajouté.

Quant aux perspectives d’avenir, le ministre du Commerce, du Transport, de l’Industrie et du Tourisme a indiqué que son ministère axera ses efforts sur les activités incontournables et non exhaustives dont, entre autres, la poursuite de l’activité de surveillance du marché et de suivi de l’activité économique pour protéger le consommateur contre les pratiques spéculatives de certains commerçants et contre les produits périmés ou dangereux, sans oublier la poursuite des actions déjà entreprises.

Quant à la pénurie du carburant, le ministre Nijimbere a fait savoir qu’il s’agit d’une conjoncture économique mondiale qui n’épargne pas le Burundi. Elle a signalé que le gouvernement ne ménage aucun effort pour pouvoir stabiliser la situation et s’y adapter. Concernant la pénurie du ciment de BUCECO et du sucre de SOSUMO, elle a indiqué que la demande a dépassé l’offre suite à l’augmentation de la population, appelant ainsi les différents opérateurs économiques à s’investir pour l’extension de ces industries de transformation.