• lun. Juin 24th, 2024

Un taux de 82,4% des réalisations trimestrielles enregistré au ministère en charge de l’Agriculture

ByAdministrateur

Mai 11, 2022

BUJUMBURA, 11 mai (ABP) – Le ministre de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage, Dr Déo Guide Rurema, a présenté le lundi 9 mai 2022, à Bujumbura, le bilan des réalisations du troisième trimestre de l’exercice 2021-2022, où il a révélé que le plan d’action de ce trimestre a été exécuté à un taux satisfaisant de 82,42%.

Quant à l’augmentation de la production agricole, le ministre Rurema a signalé la disponibilité des intrants agricoles à savoir 30.568,33 tonnes d’engrais organo-minéraux, 17.705,65 tonnes de dolomie, 142,86 tonnes de maïs, 85,812 tonnes de riz, 24,5 tonnes de haricots, 93,3 tonnes de pomme de terre, 2.310.000 boutures de patate douce, 500.000 boutures de manioc, 195,8 kg de semences maraîchères et 50.000 rejets de bananiers.

Concernant la production animale et halieutique, Dr Rurema a indiqué que 2.499 vaches ont été inséminées artificiellement, 20.000 bovins vaccinés contre la fièvre aphteuse, 16.770 paillettes de semences bovines ont été produites et 7.730 litres d’azotes liquides ont été produits, tout cela dans le cadre de l’amélioration génétique.

Pour le repeuplement du cheptel, 1.336 bovins ont été diffusés dans le cadre du projet PRDAIGL sur financement de la Banque mondiale, 4.352 porcs ont été diffusés dans le cadre des projets sur financement du Fonds international de développement agricole (FIDA), 2.056 poussins ont été produits au centre avicole de Gitega ainsi que 700 poussins et 200 porcelets qui ont été produits respectivement au centre avicole de Gitega et au centre naisseur de Karusi.

Quant à la production halieutique, le ministre Rurema a signalé la production de 52.900 alevins dans les stations piscicoles et la capture de 8.109 tonnes de poissons.

S’agissant de l’augmentation de la production des cultures d’exportation, M. Rurema a indiqué que 12.000.000 plants de caféiers ont été produits et distribués, 484,5 kg de semences de cafés ont été semés en germoirs, et 34 ha de plantation du café de l’Etat ont été installés. 6.490,662 tonnes de café vert ont été produites, tandis que l’on a conservé un montant de 26.025.454,7 dollars américains issu de la commercialisation du café collecté.

Le ministère en charge de l’agriculture a conservé un montant équivalent à 6.324.432 dollars américains issus de la commercialisation de thé sec collecté et a encaissé un montant de 1.601.235.700 FBu issu de la commercialisation du coton ainsi qu’un montant de 19.942.778.500 FBu, issu de la commercialisation du sucre collecté.

Concernant la culture du palmier, Dr Rurema a signalé la production et la plantation de 70.572 plants de palmier à huile, 68.000 plants de palmier à huile qui sont en pépinières à Kinyinya et à Kirundo, ainsi que 5.543 tonnes d’huile de palme qui ont été produites. Il a ajouté que son ministère est à l’œuvre pour : la promotion de la culture de millet, la redynamisation de la recherche agronomique et technologique, la protection du patrimoine productif, la gestion rationnelle des ressources en eau, la lutte contre la pollution et assainissement des milieux, la surveillance environnementale ainsi que le développement et la gestion durable des ressources forestières.

Quant à la hausse des prix des denrées alimentaires qui s’observe sur le marché, le ministre Déo Guide Rurema a souligné que son ministère n’est pas chargé de faire le contrôle des prix sur le marché, mais plutôt il est préoccupé par l’agriculteur qui souffre dans le champ, et fixe le prix relatif à l’effort fourni par ce dernier. Il a donné l’exemple du prix d’un kg de maïs qui a passé de 680 FBu à 800 FBu.

Il a profité de l’occasion pour interpeller les fonctionnaires de l’Etat à mettre en application l’appel du président de la République du Burundi, M. Evariste Ndayishimiye, qui les exhorte à avoir des jardins potagers chez eux et à pratiquer l’agriculture sur leurs collines d’origine dans le cadre de contribuer dans le développement du pays.