• lun. Fév 26th, 2024

Le mauvais état des routes intercommunales fait reculer le développement, selon le gouverneur de province

ByAdministrateur

Juin 14, 2022

CANKUZO, 9 juin (ABP) –Tant que les routes de la province Cankuzo (est du Burundi) ne sont pas réhabilitées, le développement durable reste quasi-impossible, a déclaré le gouverneur de cette province M. Boniface Banyiyezako lors des travaux de développement communautaire de samedi 4 juin 2022.

Dans ces travaux d’entretien de la route Cankuzo-Mishiha, le gouverneur de la province Cankuzo M. Boniface Banyiyezako a remercié les membres de l’association des ressortissants de Cankuzo résidant à Gitega ARCARG pour sa participation.

A cette occasion, le gouverneur a annoncé l’état d’avancement de l’élaboration du plan provincial de développement. Il a indiqué que les projets de construction d’un centre d’apprentissage des métiers multidisciplinaires pour permettre aux jeunes de développer leurs talents, une construction de bureau provincial en étage ainsi qu’un institut supérieur paramédical, ont été mis en avant.

Malgré tout cela, selon lui, le développement durable reste quasi-impossible tant que les routes surtout celle de Cankuzo-Mishiha n’est pas encore réhabilitée.

Si cette route était bitumée, la province Cankuzo serait une capitale économique du pays, a-t-il précisé du fait que le transport et les échanges commerciaux seraient fréquents et plus faciles qu’aujourd’hui en considérant le  trajet Munzane (Tanzanie) – Cankuzo très court ( plus de 80 km) par rapport à celui de Munzane-Kobero à Muyinga, une distance d’une centaine de km.

Mais, les budgets  communaux sont aujourd’hui concentrés dans l’entretien de ces routes en général alors qu’il y’a d’autres projets de développement communautaire à accomplir. En outre, les prix des denrées alimentaires ne cessent de monter. Il a appelé les natifs et toute la population de Cankuzo en général de consentir leurs efforts pour que la route Cankuzo-Mishiha soit praticable.

Etant donné que le travail à main n’est pas efficace, le gouverneur a plaidé pour l’intervention de l’Agence des routes du Burundi (ARB) pour la construction ou la réhabilitation des ponts mais également au remplissage des nids-de-poule profonds.

Il a profité de l’occasion pour interpeller les cadres et autres natifs de cette province à servir d’exemple dans le processus de développement durable dans leurs communes natales par leurs propres projets.

Le gouverneur Banyiyezako a appelé la population de profiter de la paix et de la sécurité pour s’atteler aux travaux de développement communautaire et d’auto-développement. Il n’a pas manqué de les appeler à la protection de l’environnement en  luttant contre les feux de brousse et au traçage des courbes de niveaux pour préserver la fertilité du sol.

En marge de ces travaux, l’association ARCARG a contribué pour une enveloppe équivalant à 30 sacs de ciment pour les travaux d’extension des bureaux provinciaux.

Participaient à ces travaux, les parlementaires natifs de cette province et les administrateurs communaux à côté de la population.