• mar. Fév 27th, 2024

L’association Ntabariza- SPF salue la mise en application de la mesure de la grâce présidentielle

ByAdministrateur

Juin 22, 2022

BUJUMBURA, 14 juin (ABP) – L’association solidarité avec les prisonniers et leurs familles (Ntabariza-SPF) qui milite pour les droits des prisonniers a organisé mardi le 14 juin 2022 à Bujumbura, une conférence de presse pour exprimer sa satisfaction envers la mise en application de la  mesure de la grâce présidentielle  annoncée par le président de la République du Burundi Evariste Ndayishimiye en 2021, à l’endroit de certains détenus.

A cette occasion, le représentant légal de ladite association  Jean Marie Nshimirimana a félicité le procureur général de la République du Burundi et le ministre de la Justice pour avoir commencé  la mise en application de la mesure présidentielle à la prison centrale de Mpimba (Mairie de Bujumbura) où 111 détenus ont été libérés.  Il a demandé aux bénéficiaires de cette mesure de manifester de bons comportements dans leurs communautés respectives. Il a aussi demandé au peuple burundais en général d’accueillir ceux qui viennent d’être libérés avec un cœur ouvert et les aider dans ce dont ils auront besoin. De la part de Ntabariza, il va continuer à plaider pour leurs droits et l’association va aussi leur donner une assistance en vivres pour six mois.

Pour les enfants qui vivent en prisons avec leurs mères, M. Jean Marie Nsimirimana a demandé aux familles d’aller récupérer ces enfants comme l’a annoncé le président de la République le jour de la célébration de la journée internationale de la femme le 8 mars à Rumonge. Selon lui, il y a des associations qui sont prêtes pour récupérer ces enfants dont la Terre des Hommes, Fondation Stamford, ajoutant aussi que l’association Ntabariza compte faire ce travail.

Le représentant légal de l’association Ntabariza n’a pas manqué de signaler que son association salue les réformes dans le domaine de la justice  et les conseils prodigués par le président de la République du Burundi  qui est le juge suprême, à l’endroit des magistrats, expliquant que la justice burundaise est un secteur où se manifestent certains défis qui nécessitent le travail en synergie pour arriver à des solutions durables.