• ven. Mar 1st, 2024

Les droits de l’enfant violés quelques fois en province Kayanza

ByAdministrateur

Juin 29, 2022

KAYANZA, 28 juin (ABP) – La province Kayanza (nord du Burundi) en collaboration avec le programme SOS Villages d’Enfants Cibitoke a organisé jeudi le 23 juin, au chef-lieu de la province, un atelier d’échanges sur la politique de protection de l’enfant et sur l’état de mise en œuvre des recommandations issues des ateliers réalisés en 2021, dans le cadre de la protection des droits de l’enfant.

                                                                    vue partielle des participants

Dans son discours liminaire, le conseiller du gouverneur de Kayanza en charge des affaires administratives et financières, Mme Justine Komezadusabe, a fait savoir que les droits de l’enfant sont quelques fois violés en cette province. Elle a cité entre autres les enfants non enregistrés dans les services d’Etat civil, ceux dont leurs pères ne sont jamais connus, les enfants qui abandonnent l’école pour différentes raisons et l’incompatibilité des données qui entrave la réalisation de certains projets d’appui au développement.

Abordant dans le même sens, la directrice du programme SOS Villages d’Enfant à Cibitoke, Mme Jeanne d’Arc Ndayizeye, a ajouté que les biens des enfants orphelins laissés par leurs parents sont souvent spoliés. Elle a également parlé du manque de mesures d’accompagnement en rapport avec la gratuité de l’éducation, l’insuffisance des soins de santé pour les indigents, et bien d’autres défis qui perturbent la protection des droits de l’enfant. Partant de tout cela, Mme Ndayizeye a rappelé que les enfants ont droit à l’éducation, à l’identité, à la santé, à la protection et à l’information adaptée à son âge.

Elle a indiqué que le programme SOS Villages d’Enfants Cibitoke a la mission de protéger l’enfant en difficultés, d’où elle a demandé aux familles biologiques des enfants de s’impliquer activement dans la protection de l’enfant orphelin. A défaut de cela, a-t-elle poursuivi, les amis, les connaissances et la communauté devraient être les premiers à s’occuper des enfants orphelins.

La directrice du programme SOS Villages d’Enfants à Cibitoke a exhorté les responsables administratifs à assurer leur responsabilité par la sensibilisation de leurs dirigés sur le contenu de la politique de protection des droits de l’enfant.