• mar. Sep 27th, 2022

L’OPDD-Burundi engagé à l’élimination de la malnutrition

ByAdministrateur

Sep 3, 2022

BUJUMBURA, 2 sept (ABP) –La première Dame du pays et présidente de l’Office de la première dame pour le développement au Burundi (OPDD-Burundi), Mme Angeline Ndayishimiye a procédé, vendredi le 02 septembre 2022, au lancement de la feuille de route pour la mise en application des recommandations issues de la 2ème édition   du forum de haut niveau des femmes leaders pour la lutte contre la malnutrition, tenu du 19 au 20 octobre 2021.

Dans son allocution de circonstance la première dame a indiqué que depuis cette date, l’objectif de l’OPDD-Burundi est de voir tous les enfants de moins de 5 ans bénéficier de trois repas de bonne qualité et en quantité suffisante par jour.

Selon Mme Ndayishimiye, la situation inquiétante de l’état nutritionnel et de la  sécurité alimentaire chez les enfants de moins de 5 ans au Burundi a fait que l’OPDD-Burundi prenne la décision de réunir les femmes leaders dans un forum de haut niveau afin de les mobiliser à prendre des engagements pour la lutte contre la malnutrition et contribuer à la mise en œuvre du Plan National de Développement du Burundi 2018 – 2027, ainsi que du Plan Stratégique Multisectoriel de Sécurité Alimentaire et de Nutrition (2019 – 2023). Elle a, en outre, précisé que cela s’aligne également avec le Plan Stratégique de l’OPDAD 2019-2023 dont la vision est : « Une Afrique développée avec des enfants, des jeunes et des femmes en bonne santé et autonomes ».

Selon toujours Mme Ndayishimiye, à l’issue de la deuxième édition du forum de haut niveau des femmes leaders, l’une des recommandations de ce dernier était de développer une feuille de route pour la mise en œuvre des engagements issus dudit forum. Ainsi, a-t-elle martelé, cette feuille de route va structurer les actions prioritaires dans les 3 prochaines années à venir avec l’objectif général de contribuer à la réduction du retard de croissance de 52% à 45% et le taux de malnutrition aigüe de 6% à moins de 3% d’ici 2025.

Par ailleurs, la première Dame a félicité tous les intervenants et les parties prenantes pour leurs efforts observés dans le domaine de lutte contre la malnutrition au Burundi étant donné qu’une amélioration dans la réduction du retard de croissance chez les enfants de moins de 5 ans est constatée en 2022. Cependant, a-t-elle signalé, le chemin demeure encore long d’où les contributions de tout un chacun restent toujours nécessaires malgré les progrès déjà enregistrés.

Mme Ndayishimiye interpelle toutes les parties prenantes, en particulier les responsables des ministères sectoriels, les gouverneurs des provinces mais aussi et surtout les partenaires au développement pour une étroite collaboration afin de réussir la mise en œuvre effective de cette feuille de route.

Le représentant du Coordonnateur Résident du système des Nations unies au Burundi Dr. Richmond Tiemoko a, quant à lui, fait savoir que les Nations unies, la Banque mondiale ainsi que plusieurs partenaires sont disposés à accompagner les prochaines étapes. En outre, il a fait savoir qu’il se réjouit que cette feuille de route a donné une grande priorité aux femmes leaders d’où il est, sans nul doute, convaincu que les femmes leaders peuvent contribuer efficacement au changement positif à tous les niveaux afin d’accélérer l’élimination de la malnutrition et garantir une bonne santé de l’enfant et la santé reproductive saine et durable de la mère.

Vue partielle des participant