• mar. Sep 27th, 2022

Prestation de serment de 15 membres du gouvernement nommés le 8 septembre 2022

ByAdministrateur

Sep 14, 2022

BUJUMBURA, 9 sept (ABP) – Les 15 membres du gouvernement nommés sous le décret N°100/06 du 8 septembre 2022, ont prêté serment le vendredi 9 septembre 2022, à l’hémicycle de Kigobe, devant le chef de l’Etat, M. Evariste Ndayishimiye et le parlement réuni en congrès, conformément à l’article 138 de la Constitution de la République du Burundi.

La main droite en haut, tenant le drapeau national et celui de l’unité nationale par la main gauche, chaque membre du gouvernement a juré fidélité à la Charte de l’unité nationale, à la Constitution et à la loi. Ils se sont engagés à consacrer toutes leurs forces à défendre les intérêts supérieurs de la nation, à promouvoir l’unité et la cohésion du peuple burundais, la paix et la justice sociales dans l’accomplissement des fonctions qui leur sont confiées.

Les 15 membres du gouvernement se sont également engagés à combattre toute idéologie et pratique de génocide et d’exclusion, et à promouvoir et défendre les droits et libertés de la personne et du citoyen.

Parmi ces 15 membres du Gouvernement, nommés par le chef de l’Etat sur proposition du premier ministre, en consultation avec le vice-président de la République, cinq ministres sont nouveaux, tandis que dix autres ont été reconduits.

Quant à la dimension genre, cinq ministres sont des femmes. Il s’agit du ministre de la Justice, Mme Domine Banyankimbona, le ministre de la Santé publique et de la lutte contre le Sida, Dr. Sylvie Nzeyimana, le ministre du Commerce, du Transport, de l’Industrie et du Tourisme, Mme Marie Chantal Nijimbere, le ministre de la Solidarité nationale, des Affaires sociales, des Droits de la personne humaine et du Genre, Mme Imelde Sabushimike ainsi que le ministre de la Communication, des Technologies de l’Information et des Médias, Mme Léocadie Ndacayisaba.

En ce qui les concerne, l’article 139 de la constitution burundaise promulguée le 7 juin 2018 précise que les membres du gouvernement prennent, par ordonnances, toutes les mesures de mise en application des décrets du président de la République et des arrêtés du premier ministre.

Dans le même ordre d’idées, l’article 141 de de la constitution en vigueur stipule que les membres du gouvernement font ou proposent les nominations dans l’administration publique et aux postes diplomatiques en prenant en compte la nécessité de maintenir un équilibre ethnique, régional, politique et entre les genres.

Selon l’article 142 de cette constitution, les membres du gouvernement sont pénalement responsables des infractions commises dans l’exercice de leurs fonctions. Ils sont justifiables devant la Cour suprême, précise le même article.

Les fonctions de membre du gouvernement sont incompatibles avec l’exercice de toute fonction publique, activité professionnelle et l’exercice d’un mandat parlementaire, précise l’article 143 de la constitution burundaise en vigueur.

Signalons que les cérémonies de prestation de serment des membres du gouvernement ont vu la participation du vice-président de la République, des anciens chefs d’Etat, du premier ministre, de l’ombudsman burundais, des présidents des Cours constitutionnelle et suprême, du maire de la ville, des membres du corps diplomatique et consulaire, des hauts cadres des corps de défense et de sécurité, les représentants des confessions religieuses et de la société civile et bien d’autres.