• jeu. Juil 18th, 2024

Les avocats appelés au respect de leur serment professionnel et de la loi

ByAdministrateur

Sep 24, 2022

BUJUMBURA, 16 sept (ABP) – L’assistante du ministre de la justice, Mme Gaudence Nasasagare appelle les avocats à renouer avec les valeurs de leur métier et de s’améliorer dans la pratique du métier, en se formant et en s’informant, ce qui est une valeur que tout avocat devrait privilégier. C’était à l’occasion des cérémonies de la rentrée judiciaire 2022-2023, organisée conjointement avec le barreau de Bujumbura et le barreau de Gitega vendredi le 16 septembre 2022 à Bujumbura sous le thème : » L’avocat, acteur clé pour la promotion de la justice pour tous, source de la paix et du développement ».

Dans son allocution, Mme Nasasagare a fait savoir que la célébration de cette journée est une occasion d’évaluer la mise en application des résolutions prises l’année passée, de faire ressortir les acquis et de relever les insuffisances en vue d’aller de l’avant.

Le thème choisi pour cette année a été, selon elle, bien pensé car il est temps que les deux barreaux prennent leur responsabilité dans l’amélioration du fonctionnement de la justice au Burundi.

Elle a ajouté que ce thème permettra aux acteurs de la justice burundaise de comprendre les défis et les enjeux actuels autour de la profession d’avocat afin de prendre des mesures qui consolideront la vision du gouvernement dans ce secteur.

L’assistante du ministre de la justice n’a pas oublié de mentionner que les différentes discussions autour des sous thèmes vont permettre aux avocats de s’instruire et de mettre à jour leurs connaissances, expliquant que la profession d’avocat n’est pas seulement le savoir savant, c’est-à-dire connaître les lois nécessaires pour défendre les intérêts de leurs clients, et que c’est aussi le savoir être, le savoir dire, respecter scrupuleusement les règles déontologiques de la profession.

Elle a terminé son propos en demandant aux avocats de respecter leur serment professionnel, la loi, et d’afficher un comportement irréprochable tant dans sa vie privée que celle professionnelle.

Selon le bâtonnier du barreau de Bujumbura, Me Jean de Dieu Muhuzenge, lui, a fait savoir que l’organisation de la rentrée judiciaire contribue à la solidarité des deux barreaux, à la consolidation de l’Etat de droit et à la promotion de la justice, qui est source de la paix et de développement.

Selon lui le thème choisi permettra à tous les acteurs de la justice de mener des réflexions et de dégager des recommandations qui vont être mises en application pour contribuer à l’amélioration du fonctionnement du système judiciaire.

Déplorant la récente révocation d’une trentaine de magistrats par le conseil supérieur de la magistrature, il a profité aussi de cette occasion pour conseiller les avocats à couper court avec tout mauvais comportement dont la corruption et l’injustice disant qu’  » Un avocat corrupteur ainsi qu’un juge corrompu sont les deux comme un fossoyeur qui prépare les tombes des autres tout en commençant déjà, lentement mais sûrement les préparatifs de son propre enterrement « , comme  disait un ancien bâtonnier d’un barreau français.

Me Muhuzenge n’a pas manqué de signaler que malgré beaucoup d’actions menées par le gouvernement du Burundi dans le but de désengorger les prisons et les maisons de détention, certaines personnes y croupissent encore alors qu’elles ont obtenu la libération provisoire, d’autres ayant été acquittées par différents cours et tribunaux, ce qui est contraire aux textes nationaux et internationaux ratifiés par le Burundi.

Selon lui ces personnes ont droit à leur liberté, mais continuent à consommer, ce qui constitue une lourde charge pour les caisses de l’Etat alors qu’elles ont la force pour aller participer aux activités de développement. Il demande au gouvernement de renforcer le suivi et le contrôle de la mise en application de certaines décisions.