• sam. Nov 26th, 2022

Le vol quasi-quotidien du coltan vers le Rwanda handicape la production à la société Burundi Minerals Exportation

ByAdministrateur

Sep 27, 2022

BUJUMBURA, 22 sept (ABP) – La société minière Burundi Minerals Exportation (BME), qui exploite le Coltan et la Cassitérite dans la commune Kabarore en province Kayanza a organisé une conférence de presse mercredi le 21 Septembre à l’Hôtel Source du Nil, pour démentir les informations qui circulent  faisant état de la déstabilisation de la population vivant dans son périmètre de travail et montrer  les défis  qui handicapent  sa production.

Le porte-parole de la BME, M. Kenny Claude Nduwimana a fait savoir que cette société, dès sa mise en place en 2016, a travaillé d’arrache-pied pour atteindre une production d’environ 25 voire 30 tonnes par mois, alors que la société COMIBU (Comptoir d’Exploitation des Minerais du Burundi) qui travaillait sur ce périmètre depuis 1987 n’a jamais dépassé 400 kilos, signalant que le gros de la production était vendu frauduleusement dans le pays voisin le Rwanda.

C’est ainsi, a-t-il dit, que les   natifs se sont levés et ont demandé d’être associés à cette société pour le bien de leur commune, d’où la naissance de la BME sous-traitant de la COMIBU. Avec cette nouvelle société, la population de Kabarore bénéficie des dividendes sur cette production, chose qu’elle n’a pas connue auparavant, selon M. Nduwimana.

En effet, cette société paie des taxes à l’OBR en devise et à la commune Kabarore, cette dernière prélève 300 Fbu par kilogramme vendu.  Par ailleurs, précise-t-il, elle embauche actuellement 4000 personnes contre 200 au moment de la COMIBU. Elle intervient aussi dans la vie sociale de la population notamment dans l’éducation (construction et réfection des salles de classes), la santé, dans les infrastructures (les ponts, les routes intra communales) et les adductions d’eau, l’électrification du bureau communal et l’octroi de l’eau, de matelas et des latrines dans certaines écoles et centres de santé de la commune.

Cependant, malgré ces avantages apportés dans la commune Kabarore où le développement est une réalité, M. Nduwimana a indiqué que cette société fait face à un problème de vols permanents. Certains travailleurs de la société et même les voisins de la société ne cessent de voler le coltan et la cassitérite pour aller les vendre frauduleusement au Rwanda. De grandes quantités sont saisies presque quotidiennement alors que d’autres ne sont pas saisis car, les voleurs ne cessent de perfectionner leurs ruses.

La traque des voleurs n’est pas aisée du fait que la frontière est très large de Kabarore à Cibitoke en passant par la Kibira et sans marquage bien visible. Ce vol a été, depuis longtemps, fait par échange de bidons, le voleur simulait qu’il allait puiser de l’eau alors que dedans il y a le coltan et quand il revenait, il amenait un bidon d’eau que l’acheteur lui remettait pour faire croire qu’il vient chercher de l’eau.  Actuellement ce sont des dames qui portent des pagnes au-dessus du coltan, ils perfectionnent leurs ruses de vols tous les jours, a-t-il dit, ajoutant que ce sont ces gens attrapés qui ne cessent de crier dans les réseaux sociaux que la population est maltraitée par la société BME.

Il a salué le travail des forces de l’ordre et de sécurité et la justice qui ne cesse d’aider cette société à traquer ces voleurs. Selon lui ce vol à grande échelle handicape la société qui, selon lui, pouvait arriver facilement à 100 tonnes par mois.

A la question de savoir la vérité sur le fait que cette société malmènerait les habitants de la localité où elle travaille, en voulant arracher de force leur propriétés pour y exploiter ces minerais, M. Nduwimana a laissé entendre que sur quatre collines où la société a reçu l’autorisation d’exploitation minière du gouvernement, plus de 500 familles ont bénéficié des frais d’indemnisation suffisants, sauf deux personnes qui les ont refusés.

Ces dernières seraient emprisonnées pas pour avoir refusé l’indemnisation mais pour d’autres affaires, selon le porte-parole de BME, dont un pour assassinat d’un agent qui était chargé de traque des voleurs de coltan. Ce sont ces deux personnes qui répandent ces rumeurs, a-t-il dit, ajoutant que les autres habitants de Kabarore se réjouissent des avantages de la BME.

Il a également indiqué que le manque de carburant a fortement handicapé leur travail, signifiant que les machines consomment du mazout, mais ils espèrent qu’avec la promesse du gouvernement de rendre disponible le carburant, ils pourront bien travailler