• lun. Juil 22nd, 2024

L’OPDD-Burundi s’est engagé à lever la malnutrition des enfants

ByAdministrateur

Oct 11, 2022

BUJUMBURA, 6 oct (ABP) – La malnutrition reste encore une réalité au Burundi, surtout pour les enfants de moins de cinq ans, un défi que l’Office de la première dame pour le développement du Burundi (OPDD-Burundi), s’est engagé à lever. A-t-on appris du secrétaire exécutif auprès de cet office, Dr Jean Bosco Girukwishaka, au cours d’un point de presse qu’il a tenu mardi le 4 octobre, pour annoncer la tenue du forum de haut niveau des femmes leaders. Forum qui se tiendra du 10 au 12 octobre de l’année en cours.

Se référant aux enquêtes menées par l’ISTEEBU en matière d’alimentation couvrant l’année 2020, il a relevé que le retard de croissance, surtout pour les enfants de moins de cinq ans avoisinait les 50% tandis que ce taux se situait entre 3 et 6% d’enfants de moins de 5 ans en situation de malnutrition aigüe.

M. Girukwishaka a fait savoir que l’office s’est engagé à relever ce défi en appuyant les interventions des ministères sectoriels et des partenaires. A ce propos, il a fait remarquer que le thème de la 2ème édition de ce forum en 2021 était : « femmes leaders mobilisons-nous contre la malnutrition au Burundi ». Un forum qui a porté des fruits, selon lui car, a-t-il mentionné, le constat est que  les données de l’enquête réalisée par l’ISTEEBU concernant l’année 2021, il y a eu réduction du taux de malnutrition. Ainsi le taux de malnutrition aiguë est passé de 6 à 4,8 % « ce qui montre que le  forum a contribué ». Il explique qu’à côté des causes de manque d’aliments il y a aussi méconnaissances sur les éléments nutritifs alimentaires. Des connaissances que le forum a aidé à disséminer.

Au moment où les femmes leaders devaient prendre les devants, certaines ne prennent pas l’initiative de disséminer ces connaissances et bonnes pratiques dans la communauté. Ces forums, selon le secrétaire exécutif de l’OPDD-Burundi, viennent lever cette lacune. Une raison d’être pour ces forums en vue de les interpeller à retourner dans la communauté.

Toujours en nutrition, M. Girukwishaka a fait remarquer que la 1ère dame, en tant que marraine du programme national d’alimentation scolaire s’est donné comme objectif que chaque élève doit avoir à manger à l’école. Pour y arriver l’OPDD-Burundi contribue à l’atteinte de cet objectif, à travers le plaidoyer par la mobilisation des partenaires nationaux et internationaux.

A ce propos, M. Girukwishaka a indiqué que le gouvernement des Etats-Unis s’est engagé à appuyer ce programme sur une durée de cinq ans à hauteur de 25 millions de dollars. Suivi par le gouvernement Chinois qui a accepté de s’y impliquer également. Actuellement, les établissements scolaires bénéficiaires du programme « cantine scolaire » couvrent 25% de tous les établissements répertoriés au Burundi, toujours selon M. Girukwishaka.