• jeu. Sep 21st, 2023

Les jeunes de la province Gitega appelés à être toujours de bons partisans de la paix

ByAdministrateur

Oct 20, 2022

GITEGA, 19 oct (ABP) – Le ministère de la solidarité nationale, des droits de la personne humaines et du genre en collaboration avec le Programme des Nations Unis pour le Développement « PNUD » a organisé mardi le 19 Octobre 2022 au chef-lieu de la province de Gitega (Centre du pays), une journée d’échanges sur les droits de l’homme à l’intention des jeunes affiliés et non affiliés aux partis politiques dans la province Gitega. C’était  dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la paix, édition 2022.

                                                                                                                      vue partielle des participants

Dans son discours de circonstance, l’assistante du ministre en charge des droits de la personne humaine Mme Tantine Ncutinamagara a fait savoir que la journée internationale de la paix est célébrée le 21 septembre de chaque année. Elle a signalé que cette année, cette journée sera célébrée sous le thème : « Mettre fin au racisme. Bâtir la paix ».

L’assistante du ministre a interpellé ces jeunes à sauvegarder la paix et la sécurité, à être des bons partisans de paix et à éviter de suivre toute personne qui peut les utiliser dans des actes ignobles.

Partant de cela, Mme Tantine Ncutinamagara a rappelé à ces jeunes que la paix est une condition incontournable pour le développement entre les communautés. Elle a, à cet effet signalé que le gouvernement du Burundi est toujours préoccupé par la sécurité nationale afin que la population puisse vaquer tranquillement à ses travaux de développement.

Les participants à cet atelier particulièrement ceux de l’ethnie Batwa  ont, après avoir suivis les exposés du jour,  souhaité que cette catégorie des burundais puisse être traitée de la même manière que les autres catégories. Mme  Christine Ntunzwenimana, cadre au ministère en charge des droits de la personne humaine les a interpellés de ne plus  se sous-estimer et de se regrouper en coopératives pour bénéficier certains avantages de la part du gouvernement du Burundi.

Signalons que ces jeunes ont souhaité que ces séances soient multipliées afin que beaucoup d’entre eux  puissent avoir des notions sur les droits de l’homme.