• jeu. Juil 25th, 2024

La carte de presse sera attribuée aux journalistes contractuels avec leurs médias

ByAdministrateur

Nov 29, 2022

Gitega, 26 Nov. (ABP)- La présidente du conseil national de la communication (CNC), Mme Vestine Nahimana, a annoncé que le projet de loi sur la presse prévoit l’octroi de la carte de presse exclusivement au journaliste ayant le contrat de travail le liant avec le médium auquel il preste.

Mme Nahimana l’a fait savoir lors des états généraux de la communication et des médias, édition 2022, tenus du 25 au 26 novembre 2022, à Gitega, la capitale politique du Burundi (centre du pays). Elle a fait savoir que cette mesure vise à décourager les responsables des médias privés qui embauchent des « journalistes » bénévoles sans les payer, en retour.  Ils profitent de la situation de chômage qui sévit parmi les jeunes pour s’enrichir sur le dos de ces derniers, ce qui correspond à une exploitation de l’homme par l’homme, a-t-elle déploré. Mme Nahimana a été, on ne peut plus clair, pour expliquer que le CNC s’inscrit en faux contre de tels médias, précisant que l’institution dont elle assume la responsabilité prône à ce que chaque journaliste travaille dignement, en bénéficiant entre autres le salaire, la sécurité sociale et la prise en charge médicale.

Par ailleurs, la présidente du CNC a exprimé son indignation eût égard aux journalistes qui affichent un comportement indécent dans les milieux de reportage. « L’on observe des journalistes sans tenue d’identification ou badge, d’autres qui s’attroupent devant les hautes personnalités, coupant ainsi leur vue, surtout lors des festivités de grande notoriété », a-t-elle regretté. Elle a interpellé les responsables des médias de revenir sur leurs hommes et femmes journalistes pour en découdre, une fois pour toutes, avec ces désagréments. Quant aux participants aux assises des états généraux ci-haut dits, ils ont déploré le rabais de la qualité des prestations des journalistes burundais. Ils ont recommandé aux mêmes responsables de s’investir pour y remédier. A l’adresse des  partenaires techniques et financiers du ministère en charge des médias, ils  ont sollicité leurs appuis pour revitaliser ce secteur médiatique. « Ce secteur nécessite aussi de la spécialisation des journalistes dans différents domaines de la vie nationale pour pouvoir éclairer le public sur ces aspects, ont-ils plaidé. Les travaux de ces assises ont été clôturés par le ministre en charge de la communication et des médias, Mme Leocadie Ndacayisaba.