• lun. Juil 15th, 2024

Les jeunes femmes veuves et les chômeurs appelés à apprendre de petits métiers pour s’autodévelopper

ByAdministrateur

Déc 5, 2022

GITEGA, 30 nov (ABP) – Nshimirimana Spès, une femme veuve vendeuse des chikwangues au chef-lieu de la commune Bugendana a affirmé qu’actuellement, la plupart des jeunes femmes veuves se lancent dans de mauvais comportements pour assurer la survie de leurs enfants orphelins au lieu de peiner pour gagner honnêtement la vie, a-t-elle indiqué mardi le 30 octobre2022 dans un entretien réalisé avec certaines personnes qui exercent des petits métiers en commune Bugendana de la province Gitega (Centre du pays).

                                 Le jeune Mpawenayo réparateur de motos

Mme Nshimirimana a fait savoir qu’elle se réjouit de son métier qu’elle exerce depuis 1987, car dit-elle, elle a déjà acheté plusieurs propriétés ainsi que des bétails. « C’est ainsi j’ai réussi à élever mes ses cinq enfants après la mort de son mari en 1993 jusqu’à ce que ces derniers fondent leurs foyers. »  Elle s’est réjouie que la plupart de ses enfants ont copié ce métier qui leur a permis de grandir.

La veuve Nshimirimana a signalé qu’après la mort de son mari, elle a vécu une vie douloureuse avec les membres de la famille du défunt et que plusieurs hommes ont voulu la remarier mais sans succès car, elle était préoccupé par l’éducation de ses enfants. Cette veuve a signalé que la plupart des jeunes femmes de jadis qui perdaient leurs maris suivaient les conseils que leur prodiguaient les parents ou les amies de ne pas s’adonner à la débauche, contrairement aux femmes de nos jours. Elle leur a lancées un appel pour qu’elles acceptent à suer pour du pain plutôt que de se lancer dans des comportements ignobles. Elle les a aussi interpellées à adhérer dans des coopératives ou des chaînes de solidarité « Nawe Nuze » pour demander de petits crédits afin de démarrer de petits projets.

La veuve Nshimirimana a aussi appelé ces femmes à apprendre des petits métiers qui leur permettront à gagner quotidiennement et honnêtement la vie et à assurer la scolarité et les soins de santé de leurs enfants, sans tendre la main.

Mme Nshimirimana partage cette idée avec certains mécaniciens qui réparent les motos à ce centre.  M.Prosper Mpawenayo a interpellé les jeunes particulièrement les chômeurs qui croisent leurs bras à apprendre des métiers pour s’auto développer car, selon lui, le gouvernement n’aura pas de places pour embaucher tous les chômeurs.

Que ce soit Mme Nshimirimana ou Mr Prosper, ils interpellent toute personne chômeur ou étique d’emploi en général de se regrouper en coopérative pour bénéficier des crédits auprès des banques et  particulièrement aux veuves de ne plus se mettre à l’écart car l’union fait la force.