• sam. Juil 13th, 2024

Le ministre en charge du commerce répond les questions orales des sénateurs

ByAdministrateur

Jan 20, 2023

GITEGA, 19 jan (ABP) – Le ministre du Commerce, du Transport, de l’Industrie et du Tourisme, Mme Marie Chantal Nijimbere était l’invitée de la séance plénière du Sénat burundais, le mercredi 18 janvier 2023. Elle a répondu aux questions orales avec débat des sénateurs centrées entre autres sur les stratégies et mesures prises pour  enrayer sur le marché les bouteilles non biodégradables afin de préserver l’environnement, l’ a constaté l’ABP sur place.

Le ministre Nijimbere a rappelé les sénateurs qu’en 2018, le président de la République, M. Evariste Ndayishimiye a signé le décret Nº100/099 du 8 août 2018 portant interdiction de l’importation, de la fabrication, de la commercialisation et de l’utilisation des sachets et d’autres emballages en plastique. Mme Nijimbere a fait savoir que ce décret identifie aussi des objets en plastique qui continuent à être utilisés, en attendant qu’il y ait la mise en place des industries qui peuvent fabriquer des bouteilles biodégradables pouvant remplacer ces objets. Elle a avoué que jusqu’à maintenant la quantité des  emballages biodégradables produits reste inférieure à la demande et que les unités de fabrication sont encore insuffisantes au niveau national. Elle a également signalé que des emballages biodégradables produits au Burundi ne couvrent pas tout le territoire national.

Selon elle, dans le chapitre 4 de ce décret, l’article 7 prévoit que tout objet en plastique doit être collecté et retourné dans son usine de fabrication pour être transformé en autres matières. Elle a signalé qu’avec le bureau burundais de normalisation (BBN), le ministère en charge du commerce a donné un délai de 6 mois à toutes les usines qui utilisent des bouteilles en plastique non biodégradables et des emballages de récupération, d’utiliser des bouteilles qui peuvent être recyclées. A cet effet, elle a signalé qu’au cas contraire leurs produits seront directement retirés sur le marché depuis le 26 février 2023. Elle a également signalé qu’il y a une année que le BBN n’octroie plus des certificats aux usines de transformation qui utilisent des emballages de récupération collectés dans les quartiers pour les réutiliser encore.

Partant de cela, le ministre Nijimbere a interpellé à tous les investisseurs locaux ou étrangers à entreprendre dans la fabrication des bouteilles et autres emballages biodégradables pour bien sauvegarder l’environnement. Elle a aussi appelé les propriétaires des usines qui utilisent ces objets de les récupérer et les soumettre à leurs usines d’origine pour être recyclés.

Pour parier à ces défis, le ministre en charge du commerce a fait savoir que depuis ce mois de janvier 2023, son ministère est en train de voir comment valoriser encore l’usine Verrundi qui fabriquait des bouteilles afin de diminuer le coût énorme des devises utilisées pour acheter des bouteilles à l’étranger. Elle a fait savoir qu’en collaboration avec le ministère en charge des infrastructures, ils ont mis en place une commission qui est en train de faire une expertise pour la valorisation de cette usine