• ven. Juin 21st, 2024

Visite conjointe des ministres en charge de la solidarité et celui en charge de l’hydraulique à Mabayi

ByAdministrateur

Jan 20, 2023

CIBITOKE, 20 jan (ABP) – Dans les tournées des membres du gouvernement dans les provinces, pour répondre aux préoccupations de la population, le mercredi 18 janvier, les ministres de la solidarité nationale, des affaires sociales, des droits de la personne humaine et du genre et celui  de l’hydraulique, de l’énergie et des mines respectivement, Mme Imelde Sabushimike, et M. Ibrahim Uwizeye étaient à Mabayi, en province Cibitoke.

Après la présentation de leurs ministères, ils ont écouté et donné les réponses ou éclaircissements aux questions des participants à la réunion. Parmi différentes questions, le ministre en charge de l’énergie a répondu aux préoccupations des habitants de la commune Mabayi en rapport avec la société « Tanganyika Mining Burundi » dont ses activités sont momentanément interrompues par le gouvernement. Sur ce, le ministre Uwizeye a fait savoir que la société a été interrompue dans ses activités après avoir constaté qu’elle n’a pas de production visible durant quatre ans d’exploitation mais aussi des irrégularités en ce qui est de la quantité de 10% de la production destinée à l’État.

Ainsi, comme pour d’autres sociétés minières, dont leurs activités sont suspendues, la société Tanganyika Mining a trois mois de renégociation avec le gouverneur en vue de poursuivre ses activités minières à Mabayi.

Concernant les habitants qui n’ont pas été indemnisés, ils doivent attendre son retour pour réclamer ce que la société leur doit afin de reprendre l’exploitation.

Pour d’autres cas litigieux, le ministre en charge des mines a conseillé aux habitants de la commune Mabayi de porter plainte à la justice pour leur dédommagement.

Pour poursuivre l’exploitation minière, les coopératives locales doivent s’acquitter d’un Kilogramme d’or par chantier envers l’Etat, faute de quoi elles doivent suspendre leurs activités d’exploitation minière.

Le ministre de l’Hydraulique, de l’Énergie et Mines a invité le DG de la REGIDESO et d’autres pour répondre aux préoccupations diverses sur l’eau et l’électricité.

S’agissant des commerçants de la commune Rugombo, qui réclament des transformateurs pour le travail de leurs machines depuis plusieurs mois, le DG de la REGIDESO leur a tranquillisé, que prochainement les transformateurs de qualité recherchée en commande vont arriver pour satisfaire aux doléances de ses clients. Il a indiqué aussi que des fils électriques seront bientôt disponibles, pour accorder de l’électricité à plusieurs localités, au fur et à mesure. Il a promis aussi que les poteaux électriques seront disponibles mais que la REGIDESO a un projet de remplacement des poteaux en bois par des poteaux métalliques, ou en béton armé.

Des éclaircissements et promesses ont été donnés aussi dans le secteur d’adduction de l’eau potable, en commune Rugombo comme ailleurs.

Quant à la Ministre en charge de la solidarité, elle s’est exprimée sur le phénomène des enfants de la rue qui s’observe même en province Cibitoke, où elle a rappelé les efforts de son ministère, pour les centres d’encadrement de ces enfants, et des écoles pour leur enseigner divers métiers. Elle a demandé l’appui de l’administration et de la communauté pour la réinsertion de ces enfants dans les familles.

Sur la question des indigents et des cartes d’assistance médicale (CAM), le ministre en charge de la solidarité nationale, Mme Sabushimike s’est appuyée du secrétariat exécutif permanent à la protection sociale, M. Arcade Nimubona, qui a parlé de couverture sanitaire universelle. Il s’agit de regrouper les demandeurs des CAM en quatre catégories, ceux qui n’ont aucun moyen et qui reçoivent gratuitement la carte, ceux qui doivent acheter la CAM à 3.000 Fbu, d’autres qui obtiennent la carte à 25.000 Fbu, et la 4ème catégorie qui doivent payer 100.000 FBu pour avoir la CAM.

  1. Nimubona a révélé aussi que son service appuyé par l’ISTEEBU sont arrivés au classement des Burundais selon leurs avoirs et niveaux de formation, et ainsi trouver qui est plus vulnérable ou nécessiteux d’appui plus que l’autre.

Le ministre ayant la solidarité nationale dans ses attributions a répondu et donné la lumière à plusieurs questions, comme celle d’assistance aux victimes des aléas climatiques, à laquelle elle a déclaré avoir demandé des listes aux responsables des provinces pour référence lors des assistances, qui doivent se faire au fur et à mesure selon la disponibilité des moyens. Elle a encouragé la solidarité locale en cas de besoin, avant la demande où l’arrivée des appuis du gouvernement.