• mar. Juin 18th, 2024

Retour du président de la République d’une mission couronnée de succès

ByAdministrateur

Fév 1, 2023

BUJUMBURA, 28 jan (ABP) – Le président de la République du Burundi, M. Evariste Ndayishimiye, est rentré le samedi 28 décembre 2023, en provenance de Dakar au Sénégal, où il a participé aux travaux de la 2ème édition du sommet de Dakar sur l’alimentation en Afrique.

Dans une interview accordée à la presse à son arrivée à l’aéroport international Melchior Ndadaye le chef de l’Etat a fait savoir que « l’Afrique doit se nourrir elle-même » est le thème qui a été choisi pour ce sommet. Ce thème, a-t-il fait remarquer, colle bien avec le slogan du Burundi qui stipule que « Chaque bouche doit avoir à manger et que chaque poche doit avoir de l’argent ».

Le chef de l’Etat a en outre fait savoir qu’au cours de ce sommet c’était l’occasion de se rencontrer avec les représentants des différentes organisations qui appuient l’Afrique en matière d’alimentation où ils ont réitéré leur engagement à combattre la faim.

Selon le président Ndayishimiye, chaque chef d’Etat a eu également l’opportunité d’exposer sur la situation actuelle de son pays tout en proposant les pistes de solutions et les actions immédiates à entreprendre pour que la famine soit complètement éradiquée. Selon toujours lui, il a été constaté que le continent africain est fertile et que si chacun travaille assidument l’Afrique serait le grenier du monde entier.

Le président de la République a indiqué qu’il a eu aussi l’occasion de s’entretenir d’une façon exclusive avec les représentants des organisations qui appuient le Burundi dans le domaine du développement agricole notamment celui de la Banque africaine de développement (BAD), le représentant de la Banque mondiale (BM), celui du FIDA mais aussi et surtout avec d’autres chefs d’Etats qui veulent aider le Burundi en matière d’agriculture.

Avec toutes ces autorités, le Chef de l’Etat a indiqué qu’il leur a exposé le plan d’action directeur que le Burundi s’est fixé pour le développement agricole.  Pour ce faire deux endroits stratégiques en matière agricole dénommés agropoles ont été choisis notamment en provinces Cibitoke et Karusi. Il a fait savoir qu’il a clairement démontré les défis auxquels le gouvernement du Burundi va faire face notamment ceux liés aux changements climatiques mais aussi ceux liés à la pénurie généralisée des engrais chimiques due à la guerre en Ukraine. Suite à ce constat amer il a été remarqué que l’Afrique a actuellement des industries qui produisent de l’engrais chimique d’où elles devraient être suffisamment équipées afin de ne plus dépendre d’ailleurs.

Avec le représentant de la BAD, a-t-il ajouté, les échanges portaient sur le pas déjà franchi par le Burundi notamment en matière du développement en générale et en matière du développement du capital humain en particulier et les défis auxquels le Burundi fait face. En matière de l’investissement dans le capital humain, le chef de l’Etat indique qu’il a démontré que le gouvernement a déjà marqué un pas surtout en mettant en place la Banque d’investissement des jeunes (BIJ) et celle des femmes (BDF).  Concernant le développement en général la BAD a accepté de financer le projet du chemin de fer à hauteur de 3,6 milliards de dollars américains. Concernant les défis liés à l’engrais chimique cette Banque a accepté de contribuer en donnant au Burundi une aide des engrais chimique qui vont être utilisés durant toute une année. Le Président de la République a en outre souligné que la BAD a accepté d’intervenir dans l’investissement du capital humain en appuyant la Banque de la jeunesse et celle des femmes.