• lun. Juil 15th, 2024

L’ECOFO Higiro, une école qui mérite un appui urgent

ByAdministrateur

Fév 9, 2023

NGOZI, 8 jan (ABP) – Sur la colline Higiro de la zone Nyamugari en commune Marangara, une école qui s’érige de part et d’autre de la route menant de Kiremba vers Marangara mérite un appui urgent. Deux salles abritant les classes de 6ème et 8ème fondamentale ont perdu leur toiture.

Selon Ezéchiel Nshimirimana, le directeur de cet établissement scolaire : »Les deux locaux ont perdu la toiture du fait de la pluie torrentielle mêlée à de vent violent tombée dimanche le 28 janvier. Il s’agit vraiment d’une gestion difficile car nous n’avions pas de salles de réserve ».

Pour ne pas rompre les enseignements, le directeur s’est fait une idée géniale, la combinaison des groupes pédagogiques: « Nous avons dû combiner les groupes pédagogiques pour attendre une autre solution mais en évitant de fermer les classes. Nous attendons que les 3 classes en chantier de la commune puissent finir. Mais ça ne sera pas une solution définitive car l’an prochain il y aura encore la classe de 9ème ».

A côté de cela, des pléthores d’effectifs dans les premières années ont été signalés. La première année, possède 213 élèves répartis en deux groupes. A comprendre ici un effectif de plus de 100 élèves par classe et par enseignants. Ce qui, évidemment, affecte fortement la qualité des enseignements, a-t-il fait remarquer.

L’autre défi concerne les bancs pupitres. Pour plus de 250 enfants, quatre élèves partagent un seul banc pupitre. Concernant les enseignants, le directeur Nshimirimana relève un manque de 5 enseignants qualifiés, un secrétaire comptable et un maître responsable. Ici le directeur combine les fonctions de directeur, secrétaire, maitre responsable et enseignants de mathématiques en 8ème année. Le matériel didactique reste également un autre problème. Pas de manuels pour élèves, encore moins de guides d’enseignants.

Le problème épineux reste celui de latrines. Quatre latrines sur huit que disposait l’école ne sont pas fonctionnelles. Les filles et les garçons doivent partager les mêmes latrines avec tout le cortège de conséquences sur la santé, l’éducation, etc.

Le Directeur  Communal de l’Enseignement (DCE) de Marangara, Séverin Niyonzima est lui aussi conscient de ces difficultés. Il promet de résoudre cependant le problème de bancs pupitres avec la nouvelle offre de 250 bancs pupitres par les ressortissants de Marangara vivant ailleurs.  Il affirme avoir demandé à ces natifs de continuer à appuyer pour que les problèmes rencontrés dans le secteur éducatif puissent trouver de solution.

Entre-temps, le directeur Nshimirimana lance un appel aux partenaires de développement de la province Ngozi en général et de la commune Marangara en particulier, de faire quelque chose pour que les enfants puissent étudier dans un minimum de conditions favorables.