• ven. Juin 14th, 2024

Préparatifs de la 28ème conférence annuelle de l’Est Law society

ByAdministrateur

Fév 18, 2023

BUJUMBURA, 16 fév (ABP) – Le conseil d’administration de l’East Africa Law Society (EALS) en partenariat avec le barreau de Bujumbura, a organisé une conférence de presse jeudi le 16 février 2023 à Bujumbura, pour annoncer les préparatifs de la 28ème conférence annuelle et Assemblée générale de l’EALS qui aura lieu au mois de novembre de cette année.

Le bâtonnier de Bujumbura, Me Jean de Dieu Muhuzenge a d’abord rappelé que l’EALS est une association de tous les barreaux (ordres des avocats) des pays membres de la communauté Est Africaine dont le Burundi, la Tanzanie, la RDC, le Rwanda, l’Ouganda, le Sud Soudan et le Kenya.

Il a fait savoir que le Burundi abritera la conférence annuelle et se prépare pour accueillir plus de 500 avocats et autres professionnels du droit membres de l’EALS.

Pour cette raison, les responsables des barreaux de l’EALS se réunissent du 16 au 18 février à Bujumbura, pour voir comment bien préparer la conférence.

Selon lui, la conférence sera une occasion de permettre aux avocats burundais de nouer de fortes relations professionnelles avec leurs confrères de la sous-région. Ça sera aussi une autre bonne occasion de démontrer au monde entier que le Burundi est actuellement ouvert à tous ceux qui veulent. Les burundais qui veulent porter une affaire devant la cour de justice de l’EAC pourront faire recours aux avocats de l’EALS parce qu’il y aura collaboration entre les avocats de l’EALS qui permettra aussi de diminuer les coûts des déplacements.

La conférence permettra aux avocats burundais de gagner confiance à l’endroit des investisseurs étrangers qui veulent amener leurs capitaux au Burundi, expliquant que ces derniers doivent d’abord s’enquérir du fonctionnement de la justice d’un pays pour s’assurer de la protection de ses investissements.

Il est à signaler que l’EALS a son siège à Arusha et a le statut d’observateur officiel auprès de l’EAC. L’EALS travaille en étroite collaboration avec la cour de justice de l’Afrique de l’Est (EACJ), l’assemblée législative de l’Afrique de l’Est (EALA), la cour Africaine des peuples et des droits de l’homme (AFCHPR), la commission Africaine des droits de l’homme et des peuples parmi d’autres organismes régionaux et internationaux.