• mer. Juin 12th, 2024

Renforcement des capacités pour la rédaction du rapport périodique sur l’application du pacte international des droits économiques, sociaux et culturels

ByAdministrateur

Mar 21, 2023

BUJUMBURA, 17 mars (ABP) – Le ministère de la Solidarité nationale, des Affaires sociale, des Droits de la Personne humaine et du Genre, en partenariat avec le système des Nations Unies au Burundi, a organisé le jeudi 16 mars 2023 à Bujumbura, un atelier sur le renforcement des capacités pour la rédaction du rapport périodique du Burundi, sur l’application du pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, a-t-on appris sur place.

L’assistante du ministre ayant les droits de la personne humaine dans ses attributions, Mme Tantine Ncutinamagara a fait savoir que cet atelier s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des engagements du Burundi sur le pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels adopté par les Nations Unies en 1966 et entrée en vigueur en 1976.

Mme Ncutinamagara a précisé que pour construire une communauté où la promotion et la protection universelle des droits fondamentaux de l’homme, qui sont la plus haute aspiration des Etats, les mécanismes internationaux et régionales des droits de l’homme ont mis en place différents instruments internationaux des droits de l’homme contraignant et exigeant des rapports de mise en œuvre.

En effet, a-t-elle signalé, la mise en œuvre de ces instruments constitue une garantie plus efficace de sauvegarde des droits de l’homme dans le monde. C’est dans ce contexte que le pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels a été adopté pour servir d’un outil de vérification, sur les réalisations, les avancées et les défis des pays sur les droits économiques, sociaux et culturels.

Selon Mme Ncutinamagara, les échanges ont porté sur les réalisations, les avancées et les défis relatifs à ces droits au Burundi, afin de leur préparer à la finalisation du deuxième rapport périodique qui est attendu depuis le 31 octobre 2020. Elle a aussi indiqué que l’activité a pour objectif de sensibiliser les participants sur le système international de protection des droits de l’homme d’une façon générale et des droits

 

économiques, sociaux et culturels en particulier, de s’assurer une meilleure compréhension et de leur importance ainsi que les mécanismes de suivi et de mise en œuvre.

Cet atelier avait également l’objectif de procéder à la création et à la mise en place d’une plateforme de la société civile et d’une plateforme nationale sur les droits économiques, sociaux et culturels, chargés du suivi et de la réalisation de ces droits ainsi que de la finalisation de ce projet de rapport périodique.

Quant au représentant du coordinateur résident des Nations Unies au Burundi, M. Bamazi Kassi Tchaa, la mise en application du pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels et des recommandations, a pour finalité de créer les conditions pour répondre aux besoins vitaux des Burundais par les réalisations du droit à la santé, à l’éducation, au logement décent, l’accès à la terre et à la sécurité sociale.

Il a en outre indiqué que l’atelier intervient en pleine période de commémoration du 75ème anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH) adopté le 10 décembre 1948, qui est le fondement du système mondial des droits de l’homme y compris des organes de traités. De plus, a-t-il ajouté, la DUDH continue d’être l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette déclaration à l’esprit, s’efforcent par l’enseignement et l’éducation de développer le respect de ces droits et libertés et d’en assurer par des mesures progressives d’ordre national et international, la reconnaissance et l’application universelle et effective.

Il a également précisé que le haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme qui a le département des Nations Unies ayant le leadership sur la question des droits de l’homme au niveau mondial, appelle les Etats et toutes les parties prenantes nationales et internationales à s’engager activement dans les activités commémoratives prenant en compte les termes internationaux : » dignité, liberté et justice pour tous ».