• sam. Mai 25th, 2024

Présentation des réalisations de 2018 à 2022

ByAdministrateur

Avr 10, 2023

MURAMVYA, 8 avr (ABP) – Plus de vingt-deux milles restes humains ont été déjà exhumés par la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) au niveau de tout le pays. a-t-on appris du président de la commission, M. Pierre Claver Ndayicariye lors de la présentation des grandes réalisations de la CVR depuis 2018 à 2022.

  1. Ndayicariye a indiqué que la mission assignée à la commission est très difficile du fait qu’ils allaient chercher les restes des victimes des massacres qu’a connu le Burundi depuis l’année 1885 et les années qui ont suivi plus spécifiquement 1972.

S’agissant de la province Muramvya, il a précisé que cette province détient beaucoup d’informations. Selon lui, ayant été la capitale royale, et titulaire de plusieurs dignitaires dans l’histoire, certains d’entre eux ont été innocemment assassinés lors des crises qu’a traversé le pays, d’où il y a beaucoup d’informations à écrire sur Muramvya, a expliqué le président de la CVR.

A l’auditoire, M. Ndayicariye leur a sensibilisé à dire la vérité à leurs enfants car plus de 22000 restes humains tués en 1972 avait été déterrés jusqu’en Mars 2022. Ça a été également une occasion de faire la  présentation de deux films relatant les réalisations de la CVR sur terrain dans différentes provinces et  dans la recherche des fosses communes. Les participants dans cette rencontre ont posé des questions montrant qu’ils avaient soif de connaître la vérité sur les activités de la CVR. Ainsi, ils ont aussi voulu savoir si le groupe « Mayi Mulele » a existé. Sur ce, le président de la commission vérité et réconciliation a indiqué que c’était un plan du président Micombero pour atteindre ses objectifs.

Notons qu’à la clôture de cette activité de la CVR en province Muramvya, le gouverneur Diomède Nzambimana a salué l’étape déjà franchie dans la mise à jour de la vérité auprès des burundais. Il a souhaité que la CVR puisse continuer ses lancées en vue de mettre au clair tous les actes qui sont passés jusqu’en 2008. Cela aidera le pays et la jeunesse à éradiquer la criminalité, a conclu le gouverneur Nzambimana.