• ven. Juin 14th, 2024

Le ministère en charge de la communication encourage les journalistes et les détenteurs de l’information à renforcer la collaboration

ByAdministrateur

Mai 9, 2023

BUJUMBURA, 4MAI  (ABP) – Le ministère burundais en charge des Médias encourage   les journalistes  et les détenteurs de l’information de  renforcer la collaboration pour être au service de la population. L’Assistant du ministre à ce  ministère,   M. Elie Kitamoya l’évoqué  le mercredi 3 mai 2023,  à l’ occasion de la célébration de la journée internationale de la liberté de la presse. Cette journée  a été célébrée sous le thème : «  la liberté d’expression : un moteur pour les autres libertés et droits de l’homme ».

D’ après  M. Kitamoya, celui qui n’a pas encore compris que l’information est un bien public doit se ressaisir et rectifier le tir,  rappelant le rôle primordial des médias  pour que le Burundi   soit un pays émergent en 2040 et un pays développé en 2060.  Il  a ainsi invité  les professionnels des médias à aider la population  à se forger son avenir,  à travailler pour le développement  tant des générations actuelles et celles à venir et à  user de la liberté d’expression qui  leur  est reconnue  pour aider les Burundais à jouir des autres libertés.

L’Assistant du ministre en charge de la communication  a,  par ailleurs,  fait remarquer  que la liberté de la presse doit s’exercer dans le strict respect de la loi et de la déontologie professionnelle. Il a invité  ainsi  les journalistes  à travailler avec professionnalisme en  se  détourner des illusions qui  les  poussent à croire que la liberté de la presse  leur  autorise à faire du n’importe quoi. Les journalistes  doivent  donc être  des champions de la vérité, des défenseurs du professionnalisme et des bons guides de la société, a-t-il  poursuivi.

Quant à  la présidente du CNC,  Mme Vetsine Nahimana,   elle  a fait remarquer qu’il est regrettable que les Organisations des Professionnels des Médias (OPM) n’aient toujours pas réussi à redynamiser l’organe d’autorégulation des médias. Ce rôle était joué par l’Observatoire de la Presse au Burundi (OPB), qui était considéré comme un tribunal des pairs mais ne fonctionne plus depuis 2015.  Or, a- t-  elle précisé, c’est toujours mieux que les erreurs et autres manquements professionnels se règlent avant tout au sein de la corporation. « Le linge sale se lave en famille », a- t- elle  ajouté.

La présidente de la Maison de la Presse du Burundi, Mme Mireille Kanyange se réjouit de l’amélioration des relations entre les professionnels des Médias et les responsables gouvernementaux  ces dernières années, grâce aux initiatives de rapprochement,. Elle a, néanmoins, précisé que d’autres efforts restent à fournir  pour améliorer les conditions de travail des médias.

Cette journée a  été,  en outre,   marquée  par  l’organisation d’un tournoi d’éloquence des journalistes. Cette  activité   s’est soldée par l’octroi de prix  aux trois meilleurs  concourants, le premier ayant été décerné au journaliste Innocent  Ndayizigiye  de l’Agence Burundaise de Presse.