• dim. Mai 26th, 2024

L’UE engagée à rester pour le Burundi un ami fidèle, fiable et de premier plan

ByAdministrateur

Mai 10, 2023

BUJUMBURA, 10 mai (ABP) – « L’Union Européenne (UE) fut, est et restera pour le Burundi un ami fidèle, fiable et de premier plan, ce qu’en vérité, elle n’a jamais cessé d’être aux côtés des burundais, et cela depuis 45 ans », a déclaré mardi 09 mai 2023 à Bujumbura, l’ambassadeur de l’Union l’UE au Burundi Claude Bochu, dans son allocution prononcée à l’occasion de la célébration de la journée de l’Europe qui coïncide avec 45 ans de présence de l’UE au Burundi.

Bochu a précisé que l’enveloppe allouée au Burundi pour la période allant de 2021-2024 a déjà été totalement engagée une année avant l’échéance et que cela place le Burundi en bonne position à l’entame de l’exercice de répartition des enveloppes pour la période 2024-2027. A cette enveloppe nationale s’ajoutent les financements que la délégation de l’UE a réussi à mobiliser dans le cadre de projets régionaux ciblant de manière prioritaire le Burundi et bien entendu les efforts substantiels de coopération bilatérale des Etats membres de l’UE.

En termes politiques, a-t-il ajouté,  2022 restera une année remarquable où  plusieurs visites de haut niveau ont eu lieu dont celle du président de la République, Evariste Ndayishimiye, au siège des institutions européennes à Bruxelles. Selon toujours lui, l’UE, ses Etats-membres et d’autres partenaires ont levé plusieurs types de mesures à l’endroit du Burundi et de certains de ses citoyens ce qui a fait que le Burundi et l’UE ont désormais à nouveau une relation apaisée. « Il leur appartient maintenant de la faire vivre et de l’enrichir », a-t-il renchéri.

                                                                    M. Ferdinand Bashikako prononçant son discours

Le patron de l’UE au Burundi a eu à préciser, en outre, que l’UE contribue substantiellement à plusieurs dialogues sectoriels avec les ministères de la santé, de l’énergie, de l’agriculture, de la justice et du genre. S’agissant de l’état de droit et des droits de l’homme, a-t-il poursuivi, l’UE encourage et soutient le Burundi dans ses réformes et dans son engagement en faveur de la bonne gouvernance et de l’indépendance du système judiciaire.

Au regard des perspectives, l’UE se réjouit de la tenue du 2ème Forum National du Développement, qui traduit une volonté au plus haut niveau de faire participer au développement durable du Burundi l’ensemble des acteurs (officiels, académiques, société civile, secteur privé, partenaires).  Ces efforts seront facilités s’ils sont alliés avec le respect des libertés fondamentales et la stabilité politique.

A cet égard, l’UE salue les efforts déployés par le Burundi dans les mécanismes régionaux et continentaux de paix et de stabilité, encore manifestes il y a peu avec le sommet réussi ici à Bujumbura sur la situation dans la région des grands lacs.  La nouvelle stratégie de l’UE pour la région des Grands Lacs s’inscrit d’ailleurs parfaitement dans ces efforts, a-t-il apprécié.

Au-delà de la stabilité du pays, un cadre favorable et attractif pour les investisseurs, y compris les étrangers, et des partenariats nouveaux sont indispensables pour soutenir la croissance économique. La diversification de l’économie nationale nécessite en effet des investissements technologiques importants qui passent par un secteur privé robuste, innovant, créateur d’emplois décents et une diaspora pleinement connectée aux priorités du pays, a-t-il estimé.

Pour sa part,  le secrétaire permanent du ministre burundais des affaires étrangères et de la coopération au développement, M. Ferdinand Bashikako a exprimé les vives et chaleureuses félicitations du gouvernement Burundais à l’UE et à ses peuples pour cette fête d’anniversaire de la journée de l’Europe. « Unis dans la diversité, tel est une substance que nous venons de tirer de l’allocution du jour, comme devise de l’UE, a-t-il déclaré. J’ai compris qu’à travers ça, que l’on veut souligner les efforts communs des européens, en faveur de la paix et de la prospérité, tout en tenant compte de la diversité des cultures , des traditions et des langues, la diversité étant conçue comme une construction mais aussi une reconnaissance des différences », a-t-il ajouté. Et de préciser que le Burundi prône un multilatéralisme respectueux des principes et des valeurs de chaque nation.

Pour lui, les règles de jeu de ce multilatéralisme doivent être applicables à tous les pays, indépendamment de leur taille, de leur localisation géographique, de leur niveau de développement et de leur poids dans le concert des Nations unies.