• mar. Juin 18th, 2024

Les leaders s’engagent à contribuer pour la planification familiale

ByAdministrateur

Mai 26, 2023

Cibitoke, 25 mai (ABP) – Les responsables administratifs, les chefs de services de la santé, de l’éducation, des confessions religieuses, et d’autres,  se sont engagés pour contribuer à la promotion de la planification familiale, en vue de diminuer la vitesse de la croissance démographique.

C’était le mercredi, 24 mai 2023,  au chef-lieu de la province Cibitoke, au cours d’une réunion des leaders communautaires, pour le plaidoyer en santé sexuelle reproductive.

Dans cette rencontre organisée par l’ONG Twitezimbere, dans le cadre du projet « Engagement Multi-acteurs pour la planification familiale au Burundi », les participants ont échangé sur les obstacles liés à la planification familiale, et ont proposé des solutions, avec des actions à mener.

Pour le médecin provincial à Cibitoke, Dr Jean Claude Habiyaremye, le développement du pays dépend de la santé de sa population en général, et de santé sexuelle reproductive des jeunes, en particulier. Il a fait savoir que la planification familiale (P F) diminue le nombre de décès maternels et des enfants. Il a ajouté que la PF favorise la diminution de la pauvreté avec l’accroissement du produit intérieur brut (PIB).

Pour le chef de cabinet du gouverneur de la province Cibitoke, Anicet Saïdi, qui a ouvert la réunion, les leaders communautaires doivent apporter chacun sa contribution, pour la promotion de la planification familiale.

Quant à la coordinatrice du projet de Twitezimbere, Mme Sonia Akimana, il faut que les leaders de la province travaillent en synergie, pour le plaidoyer en santé sexuelle reproductive.

Les participants ont parlé des obstacles liés à la PF notamment l’ignorance, les rumeurs autour des méthodes contraceptives, les croyances culturelles et religieuses, certains manquements de la loi, et d’autres. Comme solutions aux défis, il faut continuer les sensibilisations sur la planification familiale, doter le service de l’Etat-civil de l’outil informatique pour pouvoir détecter les tentatives de polygamie.

Les participants ont recommandé aussi de plaider pour qu’il ait une loi, obligeant les hommes mariés à plusieurs femmes, de considérer la première femme, lors de l’inscription du mariage à l’Etat-civil.

Les participants à la réunion, se sont engagés aussi, avec des actions à mener, chacun dans son secteur, pour promouvoir la planification familiale, et s’inscrire à l’instruction du gouvernement limitant à trois, le nombre d’enfants par couple.