• lun. Juil 22nd, 2024

Adoption du projet de loi relatif à l’Accord de coopération militaire et technique entre la Russie et le Burundi

ByAdministrateur

Sep 1, 2023

BUJUMBURA, 26 août (ABP) – L’Assemblée nationale a analysé et adopté, vendredi le 25 août 2023, à l’unanimité des voix exprimées, à l’hémicycle  de Kigobe, le projet de  loi portant ratification de l’Accord de coopération militaire et technique entre le gouvernement de la fédération de Russie et le gouvernement de la République du Burundi.

C’est le ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et  de la Sécurité publique,  M. Martin Niteretse  qui a exposé les motifs de ce projet de loi.

Vue partielle des participants

Il a rappelé que la coopération  entre la Fédération de Russie et la République du Burundi  date d’octobre 1962, de l’époque de l’URSS. En outre, dans le domaine militaire, la coopération a commencé dans le cadre de l’accord culturel et scientifique signé entre le Burundi et l’Union Soviétique le 02 octobre 1964. Selon le ministre Niteretse, pour que le Burundi réalise sa mission de défense de la souveraineté et de l’indépendance politique et économique, il doit se doter des équipements militaires modernes en recourant aux pays amis. Il a également affirmé que les relations entre les peuples doivent être caractérisées par la paix, l’amitié et  la coopération conformément à la Charte des Nations Unies du 26 juin 1945.

Les députés ont voulu savoir si cette coopération  ne pourrait pas engendrer des problèmes de coopération par rapport à d’autres partenaires.  Le ministre Niteretse  a répondu  que cet Accord ne vient pas mettre fin aux Accords signés avec d’autres pays, et que les ententes  en la matière avec d’autres pays se poursuivent. Le ministre  a, de ce fait, rappelé que le Burundi est un pays indépendant et souverain, qui est libre de se choisir ses partenaires, organiser et établir sa politique de défense après son propre analyse de tous les enjeux et selon ses priorités tout en veillant au respect du principe de non- ingérence dans les affaires d’un autre Etat.

Les députés présents ont aussi  voulu connaître s’il existe d’autres Accords de coopération entre le gouvernement de la Fédération de la Russie et le gouvernement de la République du Burundi.  Le ministre Niteretse a répondu que d’autres Accords de coopération existent et ont  toujours existé entre les deux pays amis depuis l’époque de l’URSS. Il s’agit notamment des domaines de l’éducation, de l’énergie, de la santé, de l’agriculture, du sport,  de la culture  et de la sécurité.

S’agissant des avantages tirés des Accords déjà existants entre le Burundi et la Russie, il a parlé notamment  de la formation des militaires en soulignant que 216 officiers ont déjà bénéficié de cette formation, tandis que 70 sont en cours de formation et 10 autres seront envoyés cette année. Ces officiers terminent avec des titres académiques d’ingénieur (Ir).

Le projet de loi a été voté à l’unanimité de 102  voix exprimées, moyennant quelques amendements de forme et de fonds