• lun. Avr 15th, 2024

2911 coopératives collinaires Sangwe ont été financées par le FONIC

ByAdministrateur

Nov 10, 2023

BUJUMBURA, 31 oct (ABP) – L’assistant du  ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique, Célestin Bonasize Nimubona, a procédé lundi, le 30 octobre 2023, à l’ouverture d’un atelier d’échanges d’expérience sur le financement des collectivités locales, organisé par le Fonds National d’Investissement Communal (FONIC), à l’occasion de la visite du Fonds de Prêts des Collectivités locales (FPCL).

Cette activité a été organisée dans l’objectif de découvrir les réalisations et les performances du FONIC et FPCL dans le financement des collectivités locales. Selon lui, le plan national de développement (PND) 2018-2027 indique que l’objectif stratégique global de la décentralisation est de renforcer la décentralisation par une cohésion sociale  et une amélioration de la gouvernance locale.

A cet effet, a-t-il rappelé, le gouvernement responsable et laborieux est en train de mettre en œuvre plusieurs projets de développement qui portent déjà leurs fruits. Il a aussi initié la mise en commun des terres, en vue de développer l’agriculture et l’élevage afin d’accroître la production. Selon lui, le gouvernement du Burundi est engagé à soutenir les collectivités locales et à faire de la commune le pôle de développement.

A cet effet, il a  révélé que l’inadéquation entre les ressources transférées et les compétences  pourrait être expliquée par certains facteurs à savoir la mise en œuvre incomplète de la décentralisation dans les pays africains, l’insuffisance de ressources au niveau central, l’inefficacité des mécanismes de mise à disposition des ressources transférées, ainsi que la faiblesse des capacités des collectivités locales à mobiliser et sécuriser aussi bien les recettes propres que celles transférées.

Vue partielle des participants

En vue de surmonter ces difficultés, M. Nimubona a signalé que les Etats de plusieurs pays africains  ont mis en place des Institutions de Financement des Collectivités locales (IFCL) qui assurent la mise à disposition des ressources financières à ces collectivités par le biais de subventions.

En plus, a-t-il ajouté, ces institutions accompagnent les collectivités locales en appuyant le renforcement de leurs capacités comme c’est le cas du FONIC pour le Burundi et du FPCL pour la Côte d’Ivoire.
Conscient de la complexité des défis à relever, M. Nimubona a expliqué que ces institutions ont aussi créé le Réseau des Institutions Africaines de Financement des Collectivités locales (RIAFCO), en vue d’échanger et de partager des expériences ensemble.

Le directeur général du FONIC, M. Gervais Niyibizi a rappelé que le FONIC affiche aujourd’hui une expérience et une expertise reconnues, des réalisations majeures dans le domaine des infrastructures, des services sociaux de base et  une assez riche expérience en matière  de mobilisation des ressources d’autofinancement à base de mobilisation de ressources endogènes et de gestion des partenariats qui pourraient inspirer le Fonds de Prêts ivoirien, aux collectivités locales (FPCL).

M. Niyibizi a  également  témoigné que le Burundi, à travers le FONIC, est devenu un bon élève si l’on considère les avancées déjà enregistrées en matière de décentralisation et les engagements du gouvernement, se matérialisant par une augmentation sensible du budget destiné au financement des projets communaux, ceci pour l’intérêt du citoyen.

Par ailleurs, il a cité certaines réalisations faites par le FONIC. Il s’agit notamment  du financement par le gouvernement du Burundi via FONIC, de 2911 coopératives collinaires Sangwe avec un montant  de 58 milliards Fbu, respectivement sur l’exercice 2019- 2020 et 2020- 2021, là où  chaque coopérative a reçu 20 millions Fbu, le financement et le  suivi des projets de construction ou de réhabilitation des infrastructures sociales de base, telles que les écoles, les hôpitaux, les bureaux communaux, les centres communaux des jeunes, les stades, les routes ainsi que les ponts.
De plus, a-t-il ajouté, d’autres projets financés par le gouvernement ou les partenaires au développement sont en cours de réalisation notamment la construction des villages modernes, la mielerie de Vumbi, le complexe agro-alimentaire de Ruyigi, l’irrigation collinaire de Busoni, l’unité de transformation du manioc à Giharo – Bukemba.

Malgré toutes ces réalisations, il n’a pas manqué de citer les défis ente autres  des moyens financiers insuffisants, si l’on considère les besoins exprimés par la communauté, l’insuffisance qualitative et quantitative en ressources humaines, ainsi que les textes légaux qui ne sont plus d’actualité.

Le FONIC prévoit de réaliser la cartographie des projets réalisés dans toutes les communes, la révision des textes légaux le FONIC jusqu’à ce qu’il devienne une banque des communes, afin que  ces dernières puissent contracter des financements de leurs  projets de développement. Il prévoit aussi de continuer à nouer de bonnes relations avec d’autres institutions de financement des collectivités locales