• sam. Avr 20th, 2024

Le développement est encore loin, pour les Batwa de la zone Bihindo en commune Murwi

ByAdministrateur

Nov 14, 2023

CIBITOKE, 03 Nov (ABP) – Au moment où les activités de la saison culturale A 2024 battent à leur plein, la majorité des familles twa de la zone Bihindo, commune Murwi, en province Cibitoke, affirme n’avoir rien semé, jusqu’à ce jour. Selon les témoignages de certains parmi eux. Deux parents de familles différentes, Goreth Niyonkuru et Daniel Ndabarushimana nous ont avoué qu’ils n’ont aucune portion de terre chez eux, pour le semis, mais qu’ils se contentent d’aller cultiver, chez des voisins, contre 2000 ou 3000 francs burundais par jour. Un autre du nom de Claude Gihene nous a révélé que même ceux qui possèdent de petites terres à exploiter pour eux, manquent de semences pour le semis, au moment où ils n’ont pas d’argent pour acheter au marché, des semences de haricot à 4500 voire 5500 Fbu le kilogramme, ou de maïs à 2500 francs le kilo.  Le Chef de zone Buhindo, Lazard Horugavye a confirmé que ses dirigés de l’ethnie twa manquent énormément de terres cultivables, sauf quelques-uns qui en possèdent de petites superficies.

Néanmoins, à part ceux qui s’inquiètent de n’avoir pas trouvé de semences pour cette saison en cours, d’autres font louer leurs portions de terre, aux voisins contre de petites sommes d’argent, a-t- il déploré. Il a ajouté que ceux qui n’ont uniquement de petites parcelles pour ériger leurs abris, se contentent de mettre au monde des enfants jusqu’à cinq ou six, qu’ils ne vont pas scolariser. Ce sont ces derniers qui seront recrutés par après, par des voleurs des cultures sur pied ou des biens ménagés, de la localité, a-t-il déclaré.

Quant à David Bitonde, un dirigeant d’une association de batwa, il a fait un appel au gouvernement, pour l’octroi des terres ou de semences sélectionnées aux familles batwa, qui en manquent tellement. Mais aussi, il a demandé au bureau provincial de l’environnement, de l’élevage (BPEAE) Cibitoke, de contribuer dans l’encadrement des communautés batwa de la province, en méthodes agricoles modernes, en entretien de jardins de cuisine, afin de permettre aux propriétaires d’avoir de bons rendements, malgré l’exploitation de petites portions de terres cultivables