• sam. Mai 25th, 2024

Appel aux responsables à tous les niveaux à contribuer dans la santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes

ByAdministrateur

Nov 17, 2023

BUJUMBURA, 15 nov (ABP) – Le ministère de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida a organisé, mardi, le 14 novembre à Bujumbura, un forum sur le plaidoyer en matière de la santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes, SSRAJ, à l’intention des membres des groupes d’échanges provincial et national.

A cette occasion, le délégué du ministère de la santé publique, Dr Ananie Ndacayisaba a fait savoir qu’en matière de la santé, en général et la santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes, en particulier, les progrès ont été réalisés au Burundi, soulignant l’intégration de l’éducation sexuelle dans les programmes de formation de l’école fondamentale, la mise en place d’une approche de réseautage socio-communautaire pour l’offre des services SSRAJ, ayant comme centre de gravité les centres de santé amis de jeunes.

Selon Dr Ndacayisaba, la planification familiale est reconnue depuis longtemps comme un moyen essentiel pour maintenir la santé et le bien-être des femmes et de leurs familles. La disponibilité et l’accessibilité des produits contraceptifs et des produits qui sauvent la vie de la mère et de l’enfant devraient être une priorité dans toutes les formations sanitaires, tant publiques que privées pour la réduction des cas de morbidité et de mortalité des mères et des enfants.  Il a signalé que tout couple a le droit fondamental de décider librement et en toute responsabilité du nombre d’enfants, de la limitation de leurs naissances et de disposer de l’information et de l’éducation, des moyens voulus, en la matière pour atteindre le bénéfice du dividende démographique.

                                                                                       Vue partielle des participants

Lors de ce forum, l’expert statisticien, Olivier Gahungere a présenté deux rapports. Il s’agissait d’une part une étude de base sur la mesure des taux, accessibilité et l’abordabilité des produits de santé sexuelle et reproductive au Burundi et d’autre part une enquête sur les prestataires de santé-services de santé sexuelle et reproductive adaptés aux adolescents. Il a souligné que l’étude a révélé que le secteur public vient en tête en matière de la disponibilité des produits de SSRAJ (72%), le secteur privé 56%, le secteur confessionnel 47% et le secteur associatif qui enregistre 45%. Selon lui, aucun médicament n’est disponible à 100%.

Quant à l’accessibilité aux produits relatifs à la planification familiale(PF), elle est minimale par rapport au seuil national de pauvreté. On a recommandé d’améliorer la disponibilité de la contraception d’urgence dans les secteurs public, privé et associatif, renforcer les capacités des FOSA dans la gestion des services de santé de la reproduction, en particulier dans le secteur privé et rendre disponible les produits qui sauvent la vie des mères.

La deuxième étude a révélé qu’un grand nombre d’établissements de santé publique étaient accrédités comme établissements adaptés aux adolescents par rapport aux trois autres secteurs. Les principales raisons pour lesquelles les services de SSRAJ ne sont pas offerts, sont le manque de formation du personnel et les raisons religieuses.

Il est courant, selon l’enquête  de recevoir des services au rendez-vous formel et les horaires d’ouverture fiables et les salles d’examens privées (environ 70% des établissements de santé).

Comme recommandations, il s’avère nécessaire d’intégrer dans les curricula de formation paramédicale et médicale l’offre des services de SSRAJ, renforcer les capacités des prestataires de santé sur l’offre des services de SSRAJ, sensibiliser les responsables à tous les niveaux pour faciliter l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes (SSRAJ) de qualité.

Signalons que le forum est organisé sous le financement de l’Union Européenne, via l’ONG Néeriandaise, HAI (Hearlth Action International) exécuté par l’Alliance Burundaise contre le Sida et pour la Promotion de la Santé (ABS),  en partenariat avec l’asbl Twitezimbere. Les zones d’intervention sont les provinces Bubanza, Bujumbura, Bururi, Cibitoke, Makamba, Mwaro, Rumonge et Rutana.