• lun. Fév 26th, 2024

Echange sur la loi régissant les réunions et manifestations publiques

ByAdministrateur

Déc 2, 2023

GITEGA, 30 nov (ABP) – Le Forum permanent de dialogue des partis politiques agréés au Burundi « FDP » a organisé depuis mercredi le 29 novembre 2023 à Gitega (centre du pays), une réunion de deux jours à l’endroit des leaders politiques et des gouverneurs des provinces du pays ou leurs représentants sur la loi régissant les réunions et les manifestations publiques.

Cet atelier a pour objectif de permettre aux présidents des partis politiques et aux responsables administratifs d’avoir une compréhension commune du contenu de cette loi en vue de promouvoir un environnement politique favorable à la tenue des prochaines élections législatives de 2025 et présidentielles de 2027. Il s’inscrit dans le cadre de la poursuite du dialogue et de l’échange entre les responsables des partis politiques,  sur des questions d’intérêt national.

Vue partielle des participants

Dans son discours, le président dudit FDP, M. Félicien Nduwuburundi a fait savoir que cet atelier a été organisé en tenant compte de l’atelier organisé en province Muramvya en date du 26 septembre 2023 sur le thème « Accès équitable des partis politiques à l’espace ». Selon  M. Nduwimana,  les partis politiques et les coalitions des partis politiques doivent promouvoir la libre expression du suffrage et participer à la vie politique  telle que prévue par la constitution du Burundi, en son article 79.

Il a en outre rappelé que l’article 80 de la même constitution indique que la loi garantit la non-ingérence des pouvoirs publics dans le fonctionnement interne des partis politiques, sauf pour ce qui est des restrictions nécessaires à la prévention de la haine ethnique, politique, régionale, religieuse ou de genre et au maintien de l’ordre publique.

Les participants à cet atelier  ont révélé que tant de fois les administrateurs communaux leur empêchent de travailler dans leurs communes  et font recours  aux gouverneurs qui essayent de trouvent des solutions. Ces leaders ont ainsi suggéré qu’il y ait des sanctions à l’endroit des administratifs qui perturbent les activités des partis politiques alors si ces derniers respectent les délais de quatre jours ouvrables d’avertissement  telle que la loi l’exige.

Ces responsables des partis politiques agréés au Burundi ont suggéré qu’il y ait des réunions jusqu’au niveau collinaire afin de montrer à la population qu’ils collaborent en harmonie. Cela permettra à la population de s’y référer  et de vivre en harmonie  sans considérer les divergences  politiques. En effet, ils ont demandé que cette loi soit traduite en Kirundi afin que tout citoyen burundais puisse la consulter.