• ven. Avr 19th, 2024

Remise et reprise au secrétariat général du gouvernement

ByAdministrateur

Déc 18, 2023

BUJUMBURA, 12 déc (ABP) – Le secrétariat général du gouvernement a organisé, lundi le 11 décembre 2023 à Bujumbura, les cérémonies de remise et reprise entre le secrétaire général de l’Etat entrant, M. Jérome Niyonzima et celui sortant Prosper Ntahorwamiye.

Dans une interview accordée à la presse tout juste après les cérémonies, M. Ntahorwamiye a indiqué que les activités du secrétariat général de l’Etat et porte-parolat sont de trois catégories. Il a cité en primo les activités relatives au Conseil des ministres depuis la préparation, la programmation, l’analyse et l’adoption des projets à analyser et le suivi.

La deuxième catégorie d’activité, est relative aux ordres des missions à l’étranger et l’autre catégorie de service ou d’activité concerne les services de communication et de porte-parolat de l’Etat.

M. Ntahorwamiye a fait savoir qu’il n’y a pas de dossiers pendants au secrétariat général de l’Etat mais que c’est l’administration de routine.

Cependant, a-t-il nuancé, il y a des dossiers adoptés en Conseil des ministres qui ne sont pas encore signés. Sur ce, il a fait savoir qu’il a fait au secrétaire général de l’Etat entrant l’indice de ces dossiers qu’il prendra soin de faire un suivi.

Les restes sont des activités de routine en l’occurrence l’accueil des visiteurs, la préparation de la contribution dans les déclarations dans les grandes cérémonies etc.

Pour sa part le secrétaire général de l’Etat entrant a affirmé que son prédécesseur lui a remis un bon nombre d’instruments qu’use le secrétariat général du gouvernement dans l’accomplissement de ses missions de tous les jours.

  1. Niyonzima a indiqué, en outre, qu’il n’y a pas de dossiers qui nécessitent l’urgence par rapport aux autres mais que tous les dossiers revêtent un cachet urgent. Il a signalé qu’en jetant un coup d’œil sur les missions du secrétaire général de l’Etat, il a constaté que c’est spécifiquement deux volets à savoir le volet du secrétariat général et le volet porte parolat.

Au 1er volet, a-t-il souligné, il y a des activités qui sont planifiées et d’autres qui viennent à chaque fois que de besoins, raison pour laquelle il n’y a pas des urgences plus que les autres mais que ce sont des dossiers qui doivent être analysés au moment opportun. Pour ce faire, il a eu à préciser que toutes ses activités seront faites pas en solo mais en équipe soudée avec tous les services du secrétariat général de l’Etat.

Pour ce qui est du porte parolat, il a eu à préciser qu’il est en l’image d’une bouche : « La bouche apprête la langue pour que ce qui est dans le cerveau et qui a besoin d’être exprimé le soit et c’est ce que nous allons faire. Chaque fois que le cerveau qui est l’Etat du Burundi sera prêt à s’exprimer nous allons le faire comme le ferait la langue ou la bouche au moment opportun », a-t-il déclaré.

M. Niyonzima estime, pour sa part, que les medias constituent un canal privilégié pour faire parvenir l’information au public en besoin d’être informé. Par voie de conséquence, il a  précisé que chaque fois qu’il sera opportun de porter à la connaissance du public une information, ces derniers seront invités afin de leur transmettre l’information. Il explique cette situation par l’image d’un menu prêt à être servi : « Chaque fois que le menu sera prêt nous allons mettre sur la table et les medias seront comme les serveurs ou les serveuses qui vont porter le menu qui sera prêt au public. », a-t-il démontré.