• mar. Avr 23rd, 2024

Vers l’autonomisation de la fille burundaise

ByAdministrateur

Déc 18, 2023

BUBANZA, 12 déc (ABP) – Quelque 51 filles, âgées d’entre 17 et 25 ans, en provenance des 17 provinces du Burundi, excepte la mairie de Bujumbura, bénéficient, depuis, le 11 décembre 2023, en province Bubanza (nord-ouest du Burundi), une formation en Technologie d’Information et de Communication (TIC).

Parmi les organisateurs de cette formation, figure le ministère de la Communication, des Technologies de l’information  et les Médias, en partenariat avec ONU-femmes, a-t-on appris sur place.

Vue partielle des participants

Dans leurs allocutions, le secrétaire permanent au ministère ayant les technologies de l’information dans ses attributions, Ferdinand Manirakiza, et la représentante de l’ONU-femmes, Mme Anyangwe Clara, ont fait savoir que cette formation a été organisée parce que les études montrent le faible taux de représentation des filles et des femmes dans le secteur des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), alors que ces Technologies jouent un rôle crucial dans la vie quotidienne et qu’elles sont présentes dans, presque, tous les emplois.

L’autre but étant d’équiper, à ces jeunes filles,  des connaissances fondamentales en Technologies d’Information et de la Communication, afin de stimuler leur esprit innovateur, et de les autonomiser en tant que programmeuses informatiques, créatrices et conceptrices, pour qu’elles deviennent bénéficiaires et contributrices à la 3ème révolution industrielle.

Selon ces autorités, la maîtrise des technologies de l’information et de la communication réduit le risque de chômage, à long terme, pour les jeunes filles, parce que, disent-ils, le marché d’emplois reste sans frontières.

Les technologies de l’information et de la communication sont, aussi, un outil puissant d’autonomisation pour ces jeunes filles, poursuivent-ils.

A noter que cette formation sera dispensée du 11 au 23 décembre de cette année, dans le cadre du projet nommé « Les filles Africaines peuvent coder ».

A signaler, également, que six meilleures d’entre elles, auront à participer dans la compétition avec les jeunes filles des 10 autres pays africains, à savoir l’Ouganda, le Kenya, l’Afrique du Sud, la Tanzanie, le Mozambique, la RDC, le Mali, le Niger, le Rwanda et le Sénégal