• sam. Avr 20th, 2024

Les natifs appelés à investir dans le domaine agricole

ByAdministrateur

Fév 20, 2024

KAYANZA, 12 fév (ABP) – Le gouverneur de la province Kayanza (nord), le colonel Rémy Cishahayo, a réuni  samedi le 10 février 2024,  les natifs de cette province pour échanger sur les activités réalisées durant l’année passée et les perspectives d’avenir.

Cette réunion était organisée sous la houlette du président de l’assemblée nationale, M. Daniel Gélase Ndabirabe, du ministre de  l’Intérieur, de la Sécurité publique et du Développement communal, Martin Niteretse, et des parlementaires élus dans la circonscription de la province Kayanza.  a-t-on constaté sur place.

Lors de la présentation global de la situation sécuritaire  le gouverneur Rémy Cishahayo, s’est réjoui des activités réalisées. Toutefois, il a déploré la recrudescence des cas de vols dans les champs et dans les ménages, les cas de viols et de suicide.

                                  Vue partielle des natifs de la province Kayanza

S’agissant des perspectives d’avenir et celles en cours, il a fait noter que la province Kayanza a planifié les activités de construction d’un institut supérieur polytechnique provincial à Matongo, le pavement de la voirie urbaine, la construction d’un gîte du gouverneur, etc. Pour développer sa province, il a demandé aux natifs de revenir investir dans leur province natale surtout dans le domaine agricole. « Ne tenez pas compte seulement de vos secteurs de services, valorisez aussi le secteur de production et de transformation », a-t-il recommandé.

Lors des échanges,  les natifs de la Kayanza ont cherché à savoir si le projet d’achat d’un avion provincial  est toujours à l’agenda ou s’il a été abandonné.

Le gouverneur Cishahayo de même que le ministre Niteretse, ont précisé, sans mâcher les mots, que le projet était arrivé à  une étape satisfaisante mais que, suite à la jalousie, le projet a été désorienté.

Le ministre Niteretse s’est également exprimé à propos des semences de maïs hybride où il a laissé entendre que le gouvernement du Burundi est en train de tout faire pour que ces semences soient produites au pays.

Pour lui, 80% des semences de maïs hybride qu’on utilise  au Burundi sont produites en Zambi,   en Tanzanie    ou au Kenya. « S’il advenait qu’il y ait fermeture des frontières d’autres problèmes, ce serait un chaos pour tout le pays »,  a-t-il souligné.

Le ministre de l’intérieur a  signalé qu’ils sont en train de rassembler des hommes d’affaires ayant la capacité d’exploiter au moins 100 hectares pour qu’ils commencent à produire les semences de maïs hybride. Le gouvernement  devra veiller à ce que ces multiplicateurs des semences ne soient pas des escrocs qui promettent de faire ceci ou cela, alors qu’ils en sont incapables.

Il a également  indiqué que les semences de maïs hybride doivent être semées durant la contre saison pour éviter la propagation des maladies via le pollen.

Dans son discours de circonstance, le président de l’assemblée nationale, M. Daniel Gélase Ndabirabe est beaucoup revenu sur la question concernant la radio provinciale dénommée « Ubuzima Fm » qui risque de fermer ses portes faute de moyens.

Il s’est dit choqué par le fait que les hauts cadres natifs de la province Kayanza restent les bras croisés au lieu de contribuer pour la durabilité de ce projet mis en avant par la province dans l’objectif de limiter les naissances, d’autant plus que la province Kayanza est densément peuplée. Il a invité tout un chacun à contribuer pour que cette radio fonctionne convenablement.

Il a également recommandé au gouverneur de la province Kayanza et au représentant du parti CNDD-FDD, de travailler main dans la main, et de donner des rapports mensuels des cotisations collectées.