• sam. Avr 20th, 2024

La BRB prendra bientôt de nouvelles mesures au niveau de la politique monétaire et de change

ByAdministrateur

Mar 13, 2024

BUJUMBURA, 8 mars (ABP) – Le gouverneur de la Banque de la République du Burundi (BRB), M. Edouard Normand Bigendako a présidé, jeudi le 7 mars 2024, une réunion à l’ intention des partenaires du développement économique du pays pour annoncer la déclaration de politique monétaire pour le premier trimestre 2024 au sein de la BRB.

M. Bigendako a rappelé que le comité de politique monétaire s’est réuni le 6 février 2024, pour analyser le développement macroéconomique récent et de l’environnement international, régional et national. Les membres de ce comté voulaient évaluer les résultats des récentes décisions prises au cours du trimestre précédent en vue de décider sur de nouvelles mesures prévues à court terme au niveau de la politique monétaire et de change. Il a indiqué que selon les perspectives économiques régionales du Fonds monétaire international (FMI) d’octobre 2023, la croissance économique des pays de la Communauté Est Africaine devrait d’exceller en 2023. Les estimations de la croissance économique du Burundi indiquent que l’économie continue à se redresser tout en restant confrontées aux chocs qui ralentissent le rythme de croissance, précise-t-on.

Les prévisions du cadrage macroéconomique du Burundi montrent que l’activité économique pourrait s’accélérer en 2024 à 4.2% contre 2.8% de 2023, à la suite de l’amélioration de l’activité dans les secteurs primaires et secondaires et tertiaires, a-t-il ajouté.

A cet effet, le déficit du compte courant s’est davantage creusé au 4ème trimestre 2023 par rapport au même trimestre de l’année dernière, en liaison avec l’accroissement des importations qui demeurent toujours supérieures aux exportations.

M. Bigendako a aussi précisé que l’inflation globale a continué la tendance passant de 27,2% au 3ème trimestre 2023 et 22,3% au 4ème trimestre 2023. Cette baisse a porté sur l’inflation alimentaire avec un taux de 26,6% contre 36,8% au trimestre précédent.

L’inflation s’adjacente à 15,3% contre 20,6%, suite principalement à l’amélioration de la production agricole et à la politique monétaire restrictive qui a été menée par la banque centrale.

Il a mentionné que les prévisions de l’inflation indiquent également que l’inflation globale continue sa tendance pour s’établir à 15,2% au 1er trimestre 2024. Cette baisse portera sur toutes les composantes de l’indice des prix à la consommation. Elle est due d’une part à une demande modérée consécutive à l’action de la politique monétaire restrictive et d’autre part, à la baisse des prix des produits de base et énergétiques sur le marché international.

De plus, la bonne production agricole attendue aura un impact sur la baisse des prix et des produits alimentaires.

Toutefois, ces prévisions sont sujettes à des risques importants notamment les conflits géopolitiques qui pourraient accentuer les tensions sur les prix internationaux des matières premières et énergétiques ainsi que de nouvelles perturbations des chaines d’approvisionnement et les aléas climatiques, a-t-il annoncé.

Sur base de ces analyses, il a fait aussi fait savoir que le comité de politique monétaire considère que l’orientation actuelle de la politique monétaire va contribuer à ramener progressivement l’inflation autour de son objectif de 8% à moyen terme et à soutenir la stabilité macroéconomique. C’est dans cette optique que la banque centrale s’engage à adopter une approche prudente et adaptative qui assure la stabilité des prix et du secteur financier. De ce qui précède, le gouverneur de la BRB a annoncé que la BRB prendra des mesures pour la période à venir. Il s’agit du relèvement du taux directeur de 200 points de base qui va passer de 10 à 12% et la période de constitution de réserves qui est obligatoire et fixée à 15 jours et le processus de libéralisation du marché de change pour accroître la disponibilité de devises sur le marché.

La BRB s’engage aussi à maintenir une communication transparente avec tous les acteurs économiques pour assurer la réussite des réformes en cours. Signalons que les modalités de la mise en œuvre de ces nouvelles mesures seront communiquées dans un moment opportun.