• mer. Juin 12th, 2024

Appel à la résilience aux effets actuels du changement climatique qui se manifestent

ByAdministrateur

Mai 2, 2024

RUYIGI, 30 avr (ABP) – Au moment où la province connaît des pluies diluviennes qui menacent les champs de cultures et l’élevage dans les ménages, les habitants de Ruyigi (est du Burundi) sont appelés à éviter de garder leur bétail dans les champs pour les protéger contre les intempéries et les maladies. Ils sont également appelés à pratiquer le curage et le drainage de leurs champs pour les protéger contre des inondations.

Ces appels ont été émis par le directeur du Bureau provincial de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage (BPEAE) de Ruyigi, M. Rénovat Simuzeye, en collaboration avec le conseiller du gouverneur de la province Ruyigi chargé du développement, lors de l’octroi des caprins à la population de la commune Bweru.

Selon le directeur du BPEAE de Ruyigi, cette province a actuellement la vision de multiplier, d’augmenter et améliorer l’élevage du gros et du petit bétail. Il a exprimé son souhait de voir disparaitre définitivement l’ancienne pratique de garder le bétail sur les collines et dans les propriétés privées car, a-t-il souligné, les intempéries actuelles dues aux pluies diluviennes peuvent causer de sérieux dommages et même la disparition de l’élevage. M. Simuzeye a également donné des conseils pratiques quant aux étangs et flaques d’eau qui se manifestent dans les champs des cultures vivrières et qui, pour la plupart, peuvent passer plusieurs jours sans s’infiltrer dans le sol et risquent de détruire les champs de haricots qui sont menacés d’inondations. Il demande aux agriculteurs de travailler en synergie et de tracer des caniveaux d’irrigation pour drainer l’eau vers l’extérieur des champs afin de sauver leurs cultures.

La production du riz des marais qui était attendue ne sera pas atteinte suite à ces perturbations causées par une pluviométrie trop abondante. Il en appelle à tout un chacun de bien gérer la production actuelle du maïs et de ne pas tout déverser sur le marché afin qu’il puisse y avoir la compensation et de combler le vide de la production actuelle. La population pourra ainsi arriver à la saison culturale suivante en toute quiétude.

Le directeur du BPEAE de Ruyigi demande aux agriculteurs de suivre et mettre en pratique les conseils donnés par les techniciens de sa direction pour une bonne résilience à ces effets du changement climatique en cours.