• lun. Juin 24th, 2024

Retour du Premier ministre burundais en provenance du Kenya

ByAdministrateur

Mai 15, 2024

BUJUMBURA, 10 mai (ABP) – Le Premier ministre burundais, M. Gervais Ndirakobuca, est rentré vendredi le 10 mai en provenance de la République du Kenya où il a participé au sommet africain sur les engrais et la santé des sols.

M. Ndirakobuca, qui avait représenté le président de la République, a fait savoir que ce sommet, qui a regroupé les chefs d’Etat et de Gouvernement au niveau de l’Afrique, a été organisé par la République du Kenya et l’Union africaine. Il avait pour but d’analyser et étudier les questions liées à la mauvaise utilisation des engrais au niveau de l’Afrique afin de permettre aux pays africains d’avoir une bonne récolte et garantir la protection des sols.

Les chefs d’Etat et de Gouvernement ont constaté que 30% des terres cultivables se sont détériorées, ce qui pousse l’Afrique à rester dans la pauvreté à cause de l’utilisation des engrais qui détériorent la terre, a indiqué M. Ndirakobuca, signalant qu’il y a aussi des engrais que l’on utilise sans l’avis des spécialistes agricoles.

M. Ndirakobuca a indiqué que les chefs d’Etat et de Gouvernement se sont convenus qu’en 2033, tous les pays africains devront faire tout leur possible en vue de multiplier des moyens pour la fabrication des engrais favorables aux terres cultivables, et de les faire rapprocher à la population. Ils se sont également convenus d’appuyer les petites entreprises qui fabriquent des engrais, surtout celles des femmes et des jeunes. Bien plus, pour que la terre soit fertile, les chefs d’Etat et de Gouvernement se sont donné le pari que d’ici 2033, il faut que 30 % des terres cultivables détériorées soient rendues fertiles. Pour y parvenir, on devra laisser en jachère les terres cultivables, fabriquer des engrais qui ne détériorent pas la terre et protéger les terres qui sont en pente.

Les chefs d’Etat et des Gouvernement se sont en outre convenus d’augmenter les moyens financiers dans le domaine de l’agriculture, en appuyant le projet de mécanisme africain de financement des fertilisants, avec l’appui de la Banque africaine de développement (BAD), et mettre en place un fonds pour appuyer ce domaine des engrais.

M. Ndirakobuca a profité de l’occasion pour déclarer que le Burundi a déjà franchi un pas significatif dans le domaine de la promotion des engrais.

Le Premier ministre burundais a révélé que les chefs d’Etat et Gouvernement ont, en marge dudit sommet, participé à une rencontre dont le but était d’étudier les questions de sécurité au Soudan du Sud.