• mer. Juin 12th, 2024

DKT International vient contribuer à combler le gap lié à la création de la demande et à l’offre des services de planification familiale

ByAdministrateur

Mai 21, 2024

BUJUMBURA, 18 mai (ABP) – Le ministère de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida,  à travers le Programme national de santé de la reproduction (PNSR) et en collaboration avec l’ONG DKT International, a organisé vendredi le 17 mai le lancement officiel du programme des activités de l’ONG  dénommé DKT International au Burundi, qui vient contribuer à combler le gap lié à la création de la demande et à l’offre des services de planification familiale au niveau de la communauté par ses stratégies innovantes, a constaté l’ABP sur place.

Le délégué du ministre de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida qui a représenté le ministère dans cette activité, Dr Isidore Ntiharirizwa,  a précisé que ce programme vise à contribuer à la réduction de la morbi- mortalité maternelle et à l’amélioration de la santé des adolescents et des jeunes au Burundi. Il a rappelé que l’un des objectifs de la vision du Burundi pays émergent en 2040 et développé en 2060 est d’atteindre le taux d’utilisation des méthodes contraceptives modernes de 60% en 2040 et arriver à 85% en 2060. En plus, a-t-il signalé, selon les dernières enquêtes démographiques et de santé de 2010 et 2016-2017, le taux de mortalité maternelle est passée de 500 à 334 décès pour 100.000 naissances vivantes, et le taux  de prévalence contraceptive chez les couples en union est passé de 23% à 29 %, selon  la même  source.

                                                                                                        Photo de famille des participants

Dr Ntiharirizwa a fait savoir que le Burundi a signé des engagements dans le cadre de family  planning 2030 pour repositionner la planification familiale comme un des moyens pour faire face aux effets d’une démographie galopante et améliorer les conditions de vie des femmes et des enfants dans notre pays.

En outre, a-t-il fait remarquer, l’amélioration de la santé de la mère, du nouveau-né, de l’enfant et de l’adolescent a toujours été considérée comme une priorité du gouvernement burundais. La stratégie sectorielle de la santé 2021-2027, alignée au Plan national de développement du Burundi 2018-2027, place la santé et le bien-être de la population burundaise au cœur du développement.

D’après lui, le ministère en charge de la Santé publique a salué les interventions de ses partenaires au développement car, a-t-il affirmé, leurs soutiens techniques et financiers, qui s’ajoutent  à ceux du gouvernement, parviennent à mettre en œuvre les plans d’actions pour le bien-être de la population burundaise.

Il a annoncé qu’un nouveau partenaire DKT International qui leur emboite le pas, leur pousse à faire un pas de plus dans l’atteinte de l’objectif du gouvernement. Dr Ntiharirizwa a souhaité la bienvenue à DKT International.

De son côté, le directeur  général du PNSR, Dr Ananie Ndacayisaba, a indiqué que DKT International commence un nouveau chapitre du marketing social au Burundi, en partenariat avec le ministère de la Santé publique et de la Lutte contre le sida. Cette collaboration vise à augmenter la demande en soins et services de santé sexuelle et reproductive,

à élargir la gamme des produits afin de donner plus de choix aux individus et couples tout en renforçant le système de santé et améliorant la qualité des services dispensés par des prestataires formés, qu’ils soient professionnels de la santé ou agents communautaires.

Selon lui, l’ONG DKT international s’engage à venir avec une approche novatrice d’offre de services SSR/PF (Santé sexuelle et reproductive/planification familiale) au Burundi, et leurs efforts contribueront à la réalisation des objectifs nationaux et mondiaux en matière de la santé sexuelle et reproductive. Ses interventions contribueront à la réalisation des objectifs du consortium, en rendant les services SSR plus  accessibles  et adaptés aux besoins des femmes et filles, a-t-il ajouté.

Il est à noter que cette nouvelle ONG va travailler dans les provinces Gitega,  Bujumbura-mairie, Kayanza, Ngozi et Kirundo.