• mer. Juin 12th, 2024

L’Abbé Michel Kayoya, un prophète et héritage immortel pour l’église catholique

ByAdministrateur

Mai 21, 2024

GITEGA, 20 mai (ABP) – L’Archevêque de l’archidiocèse de Gitega (centre du Pays), Mgr Bonaventure Nahimana a procédé vendredi, le 17 mai 2024, au lancement officiel de la 2ème phase de sensibilisation aux valeurs et enseignements de l’Abbé Michel Kayoya sous le thème : «  La figure de l’Abbé Michel Kayoya dans le processus de réconciliation au Burundi et dans le contexte des élections libres, transparentes et apaisées : Quelle inspiration ? », a appris l’ABP sur place.

Cette séance a connu la participation de l’ancien président du Burundi, M. Sylvestre Ntibantunganya, le président de la commission vérité et réconciliation (CVR), M. Pierre Claver Ndayicariye, l’Archevêque de l’archidiocèse de Gitega, Mgr Bonaventure Nahimana, le commandant de la deuxième division militaire, général de Brigade Ndenzako Michel, des prêtres, des religieux et des journalistes.

En  cette période où le Burundi approche les élections, l’archevêque de Gitega a fait savoir qu’il est important de sensibiliser  les Burundais sur les enseignements de ce prêtre et écrivain moins connu par plusieurs personnes, qui a été emporté par la crise de 1972 à l’âge de  38 ans.

L’Abbé Michel Kayoya, en quête de béatification, est considéré comme un homme courageux, honnête, véridique en se référant sur ses deux ouvrages « Sur les traces de mon père » et « Entre deux mondes ».

L’abbé Venant Mpozako a signalé que l’abbé Michel Kayoya dans sa carrière sacerdotale comptait rendre le monde plus humain et plus fraternel, d’où il a été caractérisé par la communion, l’accueil, l’amour à la patrie, la bonne conduite, la dignité, le cœur de voir comme une personne celui qui lui a fait du mal, etc. Il a souhaité que ces comportements caractérisent les Burundais dans la période d’avant, pendant et après les élections afin, de construire un Burundi paisible et de promouvoir la paix, la justice et la réconciliation.

L’ancien président de la République a témoigné que les œuvres du défunt Michel Kayoya resteront nécessaires dans la vie de ce pays. Il donne l’exemple des conseils qu’il a donnés aux dirigeants en leur demandant de toujours penser aux élections libres, transparentes et apaisées, d’où il a été un exemple d’un beau patriote et un visionnaire car, il souhaitait voir un pays où règne la justice et la démocratie.

Selon M. Ntibantunganya, il est temps que les Burundais prennent conscience de ce qu’ils veulent être en tenant compte du passé, afin de ne pas tomber dans les  mêmes erreurs du passé.

Il a enfin signalé que les élections ne devraient jamais être source de malheurs pour les Burundais, mais plutôt un meilleur symbole de la démocratie.

Le président de la CVR a suggéré l’archevêque de Gitega de construire des sites de mémoire pour les grandes figures de l’église Catholique.

Selon lui, l’abbé Michel Kayoya a été partisan de la liberté et la dignité de l’homme, un homme de courage qui a osé écrire deux livres contenant de meilleurs enseignements dans un pays qui traversait des moments difficiles. Signalons que cette séance a été clôturée par une messe d’action de grâce.