• mar. Sep 27th, 2022

Les fabricants des chaussures en cuir se plaignent de la cherté des matières premières

ByAdministrateur

Juin 4, 2021

BUJUMBURA, 3 juin (ABP) – Les fabricants des chaussures en cuir se plaignent de la cherté des matières premières, a-t-on appris d’un artiste de fonction, M. Egide Niyonkuru, qui participe dans une exposition des produits fabriqués au Burundi (Made in Burundi) en cours à Bujumbura depuis le 28 mai 2021.

Niyonkuru, un des participants dans cette exposition et membre de la Fédération des entreprises de maroquinerie et de cordonnerie du Burundi (FEMACOBU), a indiqué que l’entreprise opère dans le domaine du cuir par la production des produits en cuir tels que des sandales, chaussures, porte-documents, ceintures, etc.

Selon M. Niyonkuru, la sandale fabriquée à partir du cuir burundais se vend entre 15.000 et 20.000 FBu, au moment où les sabots pour femmes se vendent à 15.000 FBu. Quant à une paire de chaussures fermées pour hommes fabriquées à partir du cuir burundais, elle se vend entre 70.000 et 80.000 FBu.

« J’ai rejoint la FEMACOBU pour collaborer avec les autres entrepreneurs en vue d’améliorer les connaissances », a témoigné M. Niyonkuru, signalant que grâce à ce métier, il est parvenu à s’acheter une parcelle et qu’il est actuellement capable de couvrir les besoins de sa famille.

Par ailleurs, M. Niyonkuru déplore le manque de matières premières, surtout les peaux, auquel ils font face alors que la clientèle s’agrandit.

En effet, explique-t-il, les vendeurs des peaux les exportent vers l’étranger, ce qui fait souvent que ces dernières coûtent chères. C’est ainsi qu’il a lancé un appel vibrant quant à la baisse des prix afin d’avoir l’accès facile aux matières premières.

A cet effet, M. Niyonkuru a invité les jeunes sans emplois de se créer des activités d’auto-développement sans attendre quoi que ce soit de l’extérieur et de se regrouper dans des coopératives ou associations en vue de lutter contre le chômage et de contribuer au développement durable du pays. Il a également invité les femmes et les hommes d’aller voir ses chaussures exposées car, a-t-il souligné, le cuir du Burundi est de très bonne qualité.