• mar. Sep 27th, 2022

Le Burundi a abrité la 4ème réunion des chefs des services de renseignement et de sécurité des pays membres du GCC

ByAdministrateur

Juil 7, 2021

BUJUMBURA, 7 juil (ABP) – Le Burundi a abrité mardi le 6 juillet 2021, à Bujumbura, la quatrième réunion des chefs des services de renseignement et de sécurité des pays membres du Groupe de contact et de coordination (GCC), à savoir le Burundi, la RD Congo, le Rwanda, l’Ouganda et la Tanzanie, a constaté l’ABP sur place.

Cette réunion, qui était tenue sous le thème « Renforcement de la confiance : vers une coopération régionale renforcée pour neutraliser les forces négatives », a connu la participation de l’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies pour la région des Grands lacs (RGL), du représentant spécial de l’UA pour la RGL, du secrétaire exécutif de la CIRGL et du haut représentant du président de la RDC au comité d’appui technique et coordonnateur du Mécanisme national de suivi (MNS) de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba.

Elle a également vu la participation de la représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies en RDC et cheffe de la Mission de l’ONU pour la stabilisation en RD Congo (MONUSCO), des chefs des services de renseignement et de sécurité des pays membres du GCC et bien d’autres. Tous ces invités de marque ont, tour à tour, pris la parole pour exprimer leurs gratitudes et leurs souhaits envers les pays membres du GCC.

Dans son mot d’ouverture de ladite réunion, l’administrateur des services derenseignement du Burundi et chef de la délégation burundaise à ces assises, le général-major Ildéphonse Habarurema,  a fait savoir que cette réunion tenue à Bujumbura est la 4ème du genre, après celles tenues successivement à Kinshasa (RDC) le 6 juin 2019, à Dar-es-Salaam (Tanzanie) du 4 au 6 novembre 2019 et à Nairobi (Kenya) du 3 au 4 février 2020, avec le soutien des représentants des institutions garantes de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la RDC et la région.

Selon cette autorité burundaise, la paix et la sécurité restent des préalables pour la stabilité et le développement durable sans lesquels le bien-être, la quiétude et la tranquillité des populations des Etats membres du GCC sont loin d’être une réalité. La présence des forces négatives à l’est de la RDC constitue une menace à toute la région, a déploré M. Habarurema.

« C’est avec l’approche globale et une coopération régionale renforcée convenues lors du 9ème sommet du mécanisme régional de suivi tenu le 8 octobre 2018 à Kampala (Ouganda) que l’on parviendra à éradiquer ces forces négatives qui ne cessent d’endeuiller nos Etats respectifs », a-t-il souligné, rappelant que cette journée était consacrée à l’examen et à l’adoption du plan d’action (2021-2023) du GCC qui résulte des travaux accomplis avec le consensus des experts.

Selon le représentant de l’UA pour la RGL, M. Basile Ikuebe, la participation effective et de qualité à cette réunion traduit l’engagement ferme des Etats membres du GCC à assurer une coopération régionale accrue en vue de la neutralisation complète et sans délai des forces négatives.

L’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies pour la RGL a, quant à lui, exprimé ses sincères remerciements et sa profonde appréciation au gouvernement du Burundi pour avoir accepté d’accueillir cette 4ème réunion des chefs des services de renseignement et de sécurité du Burundi, de la RDC, du Rwanda, de l’Ouganda et de la Tanzanie.

La représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU en RDC et cheffe de la MONUSCO, Mme Bintou Keita, a fait remarquer que dans le contexte de partenariat entre l’ONU, l’UA, la CIRGL et bien d’autres communautés, il est important que les concernés soient impliqués dans des activités de complémentarité et non pas de duplication.