• lun. Juil 4th, 2022

Le chef de l’Etat burundais estime que les bons idéaux d’un parti politique ayant perdu les élections sont à intégrer dans le développement du pays

ByAdministrateur

Sep 7, 2021

GITEGA, 4 sept (ABP) – Le chef d’Etat burundais, M. Evariste Ndayishimiye, estime que l’appellation du “parti de l’opposition” collée à un parti qui a perdu les élections, n’est pas convenable.

Il a expliqué que “rien n’empêche que les idéaux de ce parti soient intégrés dans les projets du parti au pouvoir pour constituer des piliers de fondation du développement du pays”, a rapporté le porte-parole du chef d’Etat, M. Alain-Diomède Nzeyimana.

C’était à l’issue d’une rencontre que le président Ndayishimiye a organisée, à huis clos, à l’intention des leaders des partis politiques burundais, le vendredi 3 septembre 2021, dans les enceintes du centre national d’appareillage et de rééducation (CNAR) de Gitega, en commune et province de Gitega (centre du Burundi).

Cette rencontre s’inscrivait dans le prolongement d’autres rencontres déjà faites par le chef d’Etat à l’endroit de différents groupes sociaux, a dit le porte-parole, citant notamment la jeunesse et la magistrature pour leur expliquer les projets en cours d’exécution pour développer le pays.

Aux participants à cette rencontre, le chef de l’Etat voudrait donc demander d’apporter leurs contributions dans le développement du pays, a indiqué M. Nzeyimana, car, a-t-il précisé, parmi les leaders des partis politiques y figurent des intellectuels et des gens qui ont occupé de grandes responsabilités dans le pays, tels que dans des ministères ou dans le parlement.

Au chapitre des échanges, M. Nzeyimana a indiqué que les participants à la rencontre ont salué les projets du chef de l’Etat en cours de réalisation à l’adresse de la population, citant nommément le secteur minier, celui-ci de l’agro-pastoral et la relance du secteur judiciaire.

Désormais, a-t-il fait savoir, l’on va constituer des groupes au niveau du forum des partis politiques pour enrichir davantage les débats sur le développement du pays, sous le pilotage du ministère de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique.