• jeu. Août 11th, 2022

L’ONLCT demande la mise en place d’une véritable coordination nationale permettant aux OSC de travailler en symbiose

ByAdministrateur

Oct 7, 2021

BUJUMBURA, 4 oct (ABP) – L’Observatoire national pour la lutte contre la criminalité transnationale (ONLCT : « Où est ton frère ? ») demande au gouvernement du Burundi, à l’Union européenne (UE) et à d’autres partenaires techniques et financiers du Burundi de permettre aux Organisations de la société civile (OSC) de mettre en place une véritable coordination nationale leur permettant de travailler en symbiose afin qu’elles puissent gagner le pari du développement durable du pays, à l’heure de la Covid-19.

C’était à l’occasion de l’inauguration de l’exposition en plein air sur le rôle et les réalisations des OSC au Burundi, qui a eu lieu jeudi le 30 septembre à la place de l’indépendance, en mairie de Bujumbura.

Par la même occasion, le président et représentant de l’ONLCT , M. Prime Mbarubukeye, a félicité l’UE, le gouvernement burundais et tous les autres partenaires pour l’organisation de cet évènement si grandiose. Il a relaté les activités réalisées par les OSC ainsi que leur contribution par rapport aux efforts du gouvernement responsable et laborieux, allant dans le sens de la promotion et de la protection des droits de l’homme en général, de la prévention et de la lutte contre la traite et le trafic des êtres humains en particulier.

Cet Observatoire voudrait que cet évènement soit une occasion privilégiée pour redorer l’image de la société civile burundaise ternie par certaines associations de la société civile burundaise qui se sont impliquées dans les évènements malheureux de 2015 qui ont endeuillé le Burundi, ce qui a ainsi engagé la responsabilité des OSC censées être neutres et impartiales, et militant en faveur de la promotion des droits des groupes sociaux les plus vulnérables à tous les niveaux, sans distinction aucune, pour le développement durable et intégral, a souligné M. Mbarubukeye. Selon toujours lui, une société civile burundaise devrait être artisane de la paix et actrice du développement durable, de la bonne gouvernance, d’un Etat de droit, de la démocratie, de la justice et de la cohésion sociale.

L’ONLT : « Où est ton frère ? » demande également à la République du Burundi, à l’UE et à d’autres partenaires d’appuyer financièrement les projets des OSC du Burundi réunies au sein d’une plateforme de coordination nationale afin de lui donner un autre élan institutionnel leur permettant d’être véritablement à la hauteur de leur noble tâche. Il plaide enfin pour la mise en place d’une commission nationale multipartite regroupant les membres issus des ministères sectoriels, notamment le ministère en charge du Développement communautaire, celui en charge des Finances et le ministère des Relations extérieures et de la Coopération au développement, ainsi que les ONG locales et les partenaires techniques et financiers du Burundi, qui serait chargée de la coordination et du suivi régulier de l’octroi équitable des subventions aux organisations de la société civile burundaise.

Le président et représentant légal de l’ONLCT : « Où est ton frère ? », l’une des OSC faisant l’objet de l’exposition durant tout le mois d’octobre, à la place de l’indépendance, a terminé son propos en condamnant avec toute sa dernière énergie le jet de grenades dans certains centres urbains, surtout à Gitega et Bujumbura, ainsi que dans d’autres localités du pays.

« Le terrorisme n’a et n’aura jamais gain de cause dans ce pays comme partout ailleurs dans le monde, car le terrorisme est contre la volonté de Dieu et la majorité des Burundais », a-t-il fait remarquer.